Comment et pourquoi faire ces bouffes ?

Probablement, les bouffes seront organisĂ©es la plus part du temps grĂące Ă  de la rĂ©cup’ de bouffe, des dons, de l’autorĂ©duction.

En tant que collectif de prĂ©caires, ce genre de moment et d’initiatives nous paraĂźt important pour plusieurs raisons. Tout d’abord, dans une sociĂ©tĂ© de plus en plus atomisĂ©e, oĂč l’on est souvent considĂ©rĂ©-e comme seul responsable de ses problĂšmes et de ses conditions de vie, cela permet de se rencontrer, de juste passer un bon moment et de bien bouffer (si les cuistots assurent derriĂšre !). Mais cela permet aussi de discuter de nos emmerdes, voir comment on pourrait s’organiser ensemble pour mieux vivre nos situations individuelles et collectives en tant qu’exploitĂ©-es et opprimĂ©-es. Ce genre de moment peut aussi ĂȘtre envisagĂ© comme une initiative d’entraide, la bouffe Ă©tant lors de ces repas Ă  prix libre (c’est Ă  dire sans prix fixe et gratuite si t’as envie), contrairement au reste du monde marchand oĂč elle est encore payante et chĂšre lorsqu’on a pas les moyens. De mĂȘme, pour l’organisation de ces moments chacun, chacune peut venir filer un coup de main.

DerriĂšre et en parallĂšle cette idĂ©e de bouffe, il y a aussi l’envie d’alimenter une caisse du collectif des prĂ©caires qui est entrain de se mettre en place pour plusieurs raisons. Cette caisse est pour l’instant divisĂ©e en deux fonds. L’un qui sert au fonctionnement quotidien du collectif, en gros pour potentiellement imprimer des textes, des affiches, payer des frais de dĂ©placements lors de rencontres ou d’actions Ă  l’extĂ©rieur de la ville etc. L’autre fond servirait pour la crĂ©ation d’une sorte de mutuelle d’entraide qui serait utilisĂ©e lors de cas de coups durs que l’on peut connaĂźtre en tant que prĂ©caires. Par exemple, un salaire ou une indemnitĂ© qui tardent Ă  tomber, la CAF qui te demande je ne sais pas combien de thunes d’un coup pour une erreur de dossier ou de calcul, une grosse facture imprĂ©vue, la bagnole qui lĂąche, une prune majorĂ©e parce que t’as pas payĂ© le tramway, ou tout simplement de maniĂšre gĂ©nĂ©rale, nos ressources financiĂšres dĂ©jĂ  limitĂ©es qui permettent de moins en moins de vivre un tant soi peu dĂ©cemment…

Pour autant, nous savons que nous n’allons pas rĂ©gler les problĂšmes de tout le monde via ce projet, d’un coup de baguette magique appelĂ©e la thune, car nos ressources Ă  ce niveau seront toujours forcĂ©ment limitĂ©es (on n’est pas un collectif de prĂ©caires pour rien…). De plus, aprĂšs avoir expĂ©rimentĂ©-es ensemble diverses formes de luttes et d’entraide, nous pensons qu’il faut privilĂ©gier et rĂ©flĂ©chir Ă  d’autres formes d’organisation collective qui ne passent pas obligatoirement par la mise en commun de thunes. Par exemple, pour nombre de problĂšmes financiers liĂ©s Ă  de l’administratif (CAF, Pole Emploi, les impĂŽts) un bon coup de pression collectif fonctionne souvent et a le mĂ©rite d’ĂȘtre gratuit. Le petit bonus Ă©tant, parfois, de faire passer un sale quart d’heure Ă  une bande de petits bureaucrates souvent inconscients des rĂ©alitĂ©s sociales qui sont les nĂŽtres tout en donnant potentiellement de la force Ă  d’autres personnes prĂ©sentes. Cependant, privilĂ©gier ces formes d’organisation ne signifie pas que nous voulons nous priver d’en expĂ©rimenter d’autres et pour ces raisons nous trouvons pertinent de lancer ce projet de mutuelle d’entraide. Si, dĂ©jĂ , nous pouvons nous entraider entre personnes du collectifs qui galĂšrent grĂące Ă  cette caisse, cela pourra ĂȘtre bĂ©nĂ©fique.

Rencontrons nous, mutualisons, organisons-nous contre ce monde qui nous dĂ©possĂšdent de nos vies et nous cantonnent Ă  des situations de crevard pendant que d’autres s’empiffrent sur notre dos et vivent la vie de pacha !

Pour l’égalitĂ©, pour la libertĂ©, contre la prĂ©caritĂ© et l’exploitation !


Article publié le 21 Sep 2020 sur Bourrasque-info.org