Novembre 20, 2022
Par Le Poing
241 visites

Grabels est la seule commune de la Métropole à s’être donnée un maire LFI ; et l’une des rares à ne pas avoir cédé aux sirènes sécuritaires de la vidéosurveillance. Ce symbole va tomber, malgré des apparences de concertation ; et malgré la tenue d’un débat passionnant, suscité par des opposants au projet en cours, d’installation de caméras.

Au nord-ouest de Montpellier, la commune de Grabels, périurbaine et pavillonnaire, compte environ 9000 habitants, à trois jets de cailloux des cités de La Paillade. Elle est la seule de la Métropole a s’être donnée un maire LFI, à la tête d’une liste d’union à gauche. René Revol est en train d’y accomplir son troisième mandat de premier magistrat.

René Revol est également vice-président de la Métropole de Montpellier, dirigée par Michaël Delafosse (PS de droite, Darmano-Macro-compatible). Là il est en charge de la régie des eaux. Et on a pu apprécier sa détermination à ramener ce service dans le giron public. On remarque aussi ses prises de position hostiles au L.I.E.N., en solitaire parmi les élus locaux (hormis les députés LFI, dont il est suppléant). Ce projet autoroutier affecte sa commune ; c’est un chantier écocidaire, mais qui reste populaire parmi les automobilistes au quotidien.

Rareté des raretés, Grabels ne compte jusqu’à ce jour aucune caméra de vidéosurveillance. Cette originalité sera bientôt du passé. Le conseil municipal a déjà adopté le lancement du processus qui verra l’installation de dix-sept premières caméras. Cela sur six sites de la localité : ses entrées et sorties, et les écoles. Budget d’installation : 253 000 euros. Puis coût annuel de maintenance : 14 000 euros.

René Révol, maire de Grabels est très proche de Jean-Luc Mélenchon. Aux régionales de 2010, sur une liste incluant le N.P.A., il se taillait une carrure de leader de la gauche de gauche. La façon dont Grabels décide d’ adhérer à une technologie attentatoire aux libertés, prônée par le camp du tout-sécuritaire, déborde, symboliquement – et pas que – les limites d’un enjeu local.

Dans ce contexte, une réunion publique avait lieu vendredi 18 novembre dans une salle municipale. “On vous regarde – Ça vous regarde” mentionnait l’affiche concoctée par les organisateurs, pour appeler au débat. Une grosse cinquantaine de personnes y ont pris part, des Grabellois.es en large majorité. Cela même si les organisateurs installés à la table étaient, eux, des Montpelliérains, membres actifs de la Ligue des Droits de l’Homme et du collectif Technopolice. De composition plus large que la seule LDH, et d’un objet resserré sur les enjeux de surveillance et répression, ce collectif est issu de la mobilisation contre la Loi Sécurité Globale. Laquelle fut particulièrement intense l’année dernière à Montpellier.

Ces militants ont donc fait face à l’argument, tristement étriqué : « Vous ne vivez pas à Grabels, rentrez chez vous ». Mais ce ne fut qu’une brève et très rare prise de bec entendue au cours de cette soirée. Pendant plus d’une heure et demi, il fut effectivement possible de s’écouter et d’échanger des arguments, voire s’adresser des marques de respect, entre détracteurs et partisans de l’installation des caméras. De sorte que l’option de la vidéosurveillance cessait d’apparaître l’unique solution de bon sens et de toute évidence. Parmi les partisans des caméras, plusieurs élus municipaux, dont des adjoints principaux, ont bien voulu jouer le jeu de cette participation.

C’est appréciable ; les opposants n’ont pas été caricaturés en gauchistes droit-de-l’hommistes illuminés. Au demeurant, bon nombre de ces contestataires étaient des Grabellois.es. Soudain un malaise s’installe. L’adjoint aux finances constate que la mise en œuvre du projet « est dores-et-déjà engagée. A ce stade, on ne va pas se dédire ». Il y aura bien des caméras. Mais, en substance, « le débat reste valide, puisque plusieurs phases sont envisagées », et rien n’est engagé pour les suivantes (mais tous les exemples démontrent une logique inéluctable de montée en puissance, une fois que les sociétés spécialisées ont mis le pied dans la porte).

Face à la supposée concertation, c’est bien « le Conseil municipal qui décide » assène l’un des adjoints. Or la majorité de René Revol avait inscrit l’installation des caméras dans son programme électoral. Elle l’applique. « Des élections qui m’ont été volées en quelque sorte, puisque des quatre listes en présence, toutes étaient favorables à la vidéosurveillance » se plaint un électeur grabellois dans la salle.

Tout cela pris en compte, quel est donc le sens de cette concertation ? Est-ce qu’elle ne constituerait pas qu’un joli habillage, une apparence de scrupule de gauche alors que, c’est vrai, le plus souvent ces politiques sont imposées sans débat aucun ? On le déplore particulièrement dans le cas de Montpellier. Une représentante de la Ligue des Droits de l’Homme ne se prive pas d’une mise au point assez sèche, adressée aux élus grabellois : « Dans votre communication, vous vous targuez d’avoir pris soin de nous associer dans la mise en place de ce projet. Or vous ne nous avez pas facilité l’accès à certaines données, et il a fallu insister beaucoup pour la tenue de la réunion de ce soir, qui se fait tardivement à un moment où plus rien ne pourra changer ».

L’essentiel de la soirée aura toutefois traité les questions au fond : les opposants alignent les études qui prouvent la cherté d’un recours technologique, et sa grande inefficacité de fait. On sait comment à Nice, ville la plus équipée de caméras en France, celles-ci n’ont su que filmer le parcours du camion qui allait tuer et blesser des centaines de personnes, sans que leur surveillance n’empêche quoi que ce soit. En revanche, l’atteinte permanente aux libertés est conséquente. On cite alors Edward Snowden, le célèbre lanceur d’alerte américain, qui avertit : « Ne pas se soucier du droit à la vie privée parce qu’on estime n’avoir rien à cacher, équivaut à ne pas se soucier de la liberté d’expression parce qu’on n’a rien à dire ».

Il y a une actualité à ces questions. Elle fait froid dans le dos. Au nom de la sécurité des Jeux olympiques, une loi sera présentée début 2023, qui marquera un pas supplémentaire dans l’instauration de la société de contrôle : les techniques de reconnaissance faciale – de quiconque – seront mises en œuvre à travers la vidéosurveillance et le croisement des données de tous les fichiers existants facilité. Il faut savoir de surcroît que l’analyse des images elles-mêmes est de plus en plus automatisée, abandonnée à des algorithmesqui multiplient les logiques de désignation des profils types de suspects (critères sociaux, raciaux, comportementaux).

Rester immobile trop longtemps dans l’espace public éveille le soupçon d’une intelligence artificielle, tandis qu’à Millau, la police municipale se mettait à envoyer des amendes à des citoyens repérés sur caméras pour leur seule participation à des manifs ! « Mais enfin, à Grabels, on veut protéger une sortie d’école. On n’est pas en Chine » entend-on, pour se rassurer, dans la salle. Oui mais un autre habitante répond : « personnellement, je me sens beaucoup plus en sécurité quand je sors dans Grabels sans caméras, que ça n’est le cas à Montpellier, avec des centaines de caméras ».

Les initiateurs du débat posent un enjeu de société : « veut-on mettre plus d’argent dans des systèmes techniques qui nous isolent dans la seule idée d’aider à sanctionner des infractions ? Ou veut-on en mettre plus dans des actions et des services qui renforcent le lien social, la solidarité, l’implication de tous ? Pour sécuriser une école, faut-il plus de caméras, ou plus d’éducateurs ? ».

Cette logique du débat, déjà bien balisée, s’est soudain enrichie d’une nouvelle dimension, qui a fait mouche dans la salle. Un Grabellois, concepteur en informatique, a averti : « N’oublions pas le dégât écologique. Le numérique a déjà trois fois plus d’impact que la totalité de la circulation aérienne civile. Et dans le numérique, la question des flux vidéos, de l’internet en réseaux, est la plus lourde ; c’est elle qui est au cœur de la vidéosurveillance ».

Et de poursuivre, plus généralement : « Par ailleurs, si vous vous croyez protégés du modèle chinois de contrôle social intégral, croyez-moi, c’est que vous êtes très mal informés ».

Enfin, retour dans la vie quotidienne, avec cette Grabelloise qui travaille à l’hôpital : « Je peux vous assurer que les piratages de données dans nos services, c’est tout le temps ! » On appellera cela le leurre de la protection technologique.




Source: Lepoing.net