Sur arte, en podcast, sont diffusés actuellement les trois volets d’un documentaire sur le goulag.

Ce documentaire, très intéressant et très instructif, démontre comment l’autoritarisme communiste soviétique a agit comme la machine infernale qu’elle fut et a permis les pires cruautés envers toutes les personnes qui ont eu la malchance de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment (et ça représente quand même quelques millions de personnes)…

C’est fou comment une idée de départ pas trop foireuse (voir même un véritable rêve, une réelle utopie libératrice face au régime tsariste) se transforme très vite en boucherie humaine d’une cruauté sans nom… ça devrait faire réfléchir les personnes en lutte qui refusent l’anti-autoritarisme et qui préfèrent aller vite et frapper fort (pour quel réels intérêts au final?)!

Peut-on comparer cette progression dramatique avec d’autres luttes en cours, ou certain.e.s ancien.ne.s camarades de lutte se retournent contre leurs allié.e.s qui refusent d’abdiquer à l’ordre policier, et du coup, plein de bonnes intentions (…), s’atribuent certains droits (coffrage, actions miliciennes, expropriations, et j’en passe… tout cela bien entendu pour la bonne cause (la nouvelle, pas l’ancienne contre la propriété privée, la normalisation, l’état-la-pref, le monde capitalo, etc)?

Bon j’extrapole, mais cependant, pour moi, la comparaison reste parfaitement valable, car quand on commence à agir d’une certaine façon, on recule chaque fois un peu plus loin les limites de l’inadmissible, jusqu’à ce que celles ci disparaissent… et ça peut finallement aller très vite très loin…

Allez voir ce reportage sur arte, c’est assez épprouvant, mais ça remet certaines pendules à l’heure!

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-018530/goulag-une-histoire-sovietique/

à bas l’autoritarisme! Vive l’Anarchie, vive l’Amour!


Article publié le 17 Fév 2020 sur Nantes.indymedia.org