Octobre 1, 2019
Par Lundi matin
78 visites


Recevons et transmettons :

Jeudi 26 septembre 2019

Le CAC 40 ouvre en baisse, un sĂ©isme secoue l’üle de CĂ©ram en IndonĂ©sie, un incendie ravage l’usine Lubrizol Ă  Rouen et la mĂ©tĂ©o est pluvieuse sur les cĂŽtes escarpĂ©es de la citĂ© Malouine.

Ce matin, dans ce tumulte d’information, il y en a une qui retient mon attention. Celle d’un saccage offert une nouvelle fois par des broyeurs de misùres, pyromanes de la colùre, qui ne trouvent pas le souffle pour mettre à bas les grondements populaires.

AprĂšs la casse du code du travail, aprĂšs la casse des retraites, aprĂšs la casse des services publics, aprĂšs la chasse aux pauvres et leur stigmatisation, les fanfarons du pouvoir, via leur milice armĂ©e, ont dĂ©cidĂ© de casser l’un des rond-point les plus symbolique de France, celui du Cannet des Maures dans le Var. Ce carrefour de la diversitĂ© populaire avec ses monuments de palettes et de fer, son Arc de Triomphe, sa pyramide et sa Tour Eiffel, tombent Ă  leur tour dans les poussiĂšres du mĂ©pris.

Ils ont Ă©tĂ© le symbole d’une colĂšre qui Ă  fait naĂźtre dans le cƓur de cette plĂšbe dĂ©considĂ©rĂ©e, un sentiment de grandeur et d’espoir face aux harcĂšlements sociaux continus qu’engendre par la force et par la peur ce curieux pouvoir. Ce dĂ©sir de se rĂ©unir et de construire ont Ă©tĂ© brisĂ© sur ce rond-point oĂč les rencontres, entre sourires et peines Ă  peine dissimulĂ©es ont put Ă©lever les consciences dans un monde oĂč la folie et l’ignorance, assujetties aux envies avides de quelques-uns, ont poussĂ© « ceux qui ne sont rien Â» Ă  dĂ©passer l’intĂ©rĂȘt de chacun pour offrir au destin collectif, l’aspiration d’un monde oĂč la raison dominerait sur le dominant.

Dix mois de luttes, dix mois d’obstination, autant d’évĂ©nements et de partage, dix mois d’intelligence et de sacrifices matĂ©rialisĂ©s par de majestueux monuments ayant fait l’écho d’une souffrance dans le monde entier. Dix mois Ă  crĂ©er sans rien lĂącher, dix mois Ă  offrir sans rien demander, et pour autant bradĂ©, comme ses innombrables combats, au profit d’une idĂ©ologie du capital qui n’offrira Ă  cette Terre que les cendres d’une volontĂ© Ă  satisfaire, quelques plaisirs Ă©phĂ©mĂšres et remplira Ă  coup sĂ»r le chagrin de nos mers, d’artifices de misĂšres et d’espoirs pour un temps anĂ©anti, par les fracas d’un bulldozer protĂ©gĂ© par des troupes elles-mĂȘmes dĂ©sabusĂ©es mais responsables, par leur pratique de barbares, de ce qui risque de s’annoncer.

OĂč cela va-t-il nous mener ?

Pourquoi dĂ©truire quand il s’agit juste d’avancer ? Pourquoi faire face Ă  un besoin lĂ©gitime d’oxygĂšne en ordonnant d’étouffer la foule par des lacrymogĂšnes ? Pourquoi mutiler, emprisonner, frapper, dĂ©truire, sans rĂ©el fondement ?

A ces questions qui n’ont pour rĂ©ponses que la mission de cette gouvernance Ă  nous faire taire, nous constatons que leurs ambitions ne sont que les chaĂźnes d’une dĂ©tresse qui n’a pour seule vocation que d’assurer leur domination en transformant notre colĂšre en haine, lĂ©gitimant leurs absurditĂ©s et affirmant notre dĂ©termination Ă  ne plus se laisser faire.

On lĂąche rien ! On ne lĂąchera jamais rien !

Car face Ă  ce choix cornĂ©lien, entre raison et fin, le seul espoir que nous conservons est celui de continuer Ă  y croire. Afin d’éliminer de cet avenir, les dĂ©sirs morbides de cette ploutocratie pour redonner de la couleur Ă  un avenir noir qui, mĂȘlĂ©e au jaune de nos ardeurs n’apporterait que l’espoir d’un monde que l’on aspire de toute notre force, meilleur.

Personne, un Gilet Jaune du Rond-Point de la Paix…




Source: Lundi.am