Montpellier Poing Info, 1er janvier 2019 – Une centaine de gilets jaunes se sont rassemblés hier après-midi devant le tribunal de grande instance de Montpellier pour soutenir cinq gilets jaunes présentés devant un juge sous le régime de la comparution immédiate :

1) Le premier a été interpellé pendant la manifestation du 29 décembre à Montpellier. Il a été condamné à 7 mois de prison avec sursis et 1800€ d’amende (600€ pour 3 policiers) pour des faits reconnus avoir été commis pendant la manifestation du 29 décembre : violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique n’ayant pas entraîné d’interruption temporaire de travail (ITT), violence involontaire sur un passant ayant entraîné 3 jours d’ITT (le passant s’est pris une pierre par hasard mais il a finalement refusé de se constituer partie civile et de demander des indemnités lors de l’audience) et participation à un attroupement en vue de commettre des violences et des dégradations. L’accusé a reconnu les faits, et il aurait été identifié à cause d’une vidéo de Midi Libre, et d’une autre prise par un gilet jaune et diffusée sur youtube : attention aux vidéos prises lors de manifestations tendues, elles peuvent se retourner contre les manifestants !

2) Le second, accusé de participation à un attroupement en vue de commettre des dégradations et des violences lors de la manifestation du 29 décembre à Montpellier, n’a pas été jugé pendant l’audience pour des raisons médicales et a été placé sous contrôle judiciaire en attendant son procès qui aura lieu le 21 janvier à 14h : interdiction de manifester et obligation de pointer une fois par semaine au commissariat. Contrairement à une rumeur qui a circulé, le prévenu n’a pas été interné à l’hôpital suite à l’audience.

3) Le troisième, interpellé le 29 décembre dans la matinée aux abords du Polygone, est accusé de détention de stupéfiants et de participation à un attroupement en vue de commettre des dégradations et des violences lors de la manifestation du 29 décembre à Montpellier. Il n’a pas été jugé pendant l’audience car son casier judiciaire n’est pas identifié sous le même nom qui est inscrit sur sa carte d’identité. Son avocat a dénoncé ce report comme n’étant pas au bénéfice du prévenu : il a été placé sous contrôle judiciaire – obligation de pointer une fois par semaine au commissariat et interdiction de manifester sur les communes de Mauguio, Balaruc-les-Bains et Montpellier – en attendant son procès qui aura lieu le 4 février à 14h.

4/5) Le quatrième et le cinquième ont été jugés ensemble. Ils sont accusés d’avoir, dans la nuit du 27 au 28 décembre, à Clermont l’Hérault, brûlé le transformateur électrique de la zone commercial de la Salamane. Ils ont reconnu les faits. Ils ont été condamnés à 8 mois de prison ferme sans mandat de dépôt : cela signifie qu’ils n’ont pas été incarcérés mais qu’ils passeront devant un juge d’application des peines qui décidera de leur aménagement de peine. Il existe différents types d’aménagements de peines : placement sous surveillance électronique (dispositif électronique installé à domicile relié au bracelet électronique du condamné pour vérifier qu’il n’est pas hors de chez lui en dehors d’une plage horaire déterminée), semi-liberté (le condamné est rattaché à un établissement pénitentiaire qu’il est autorisé à quitter durant une plage horaire déterminée), placement extérieur (peine relativement similaire à la semi-liberté à la différence que le condamné peut être surveillé par des agents pénitentiaires lors de ses déplacements autorisés). Ils passeront devant le tribunal civil de Montpellier le 15 avril qui déterminera le montant de l’amende, qui sera entre 9 000 et 75 000€.

 

Source: http://www.lepoing.net/gilets-jaunes-deferes-au-tribunal-de-montpellier-compte-rendu-des-cinq-audiences/ -