Mai 27, 2016
Par Renversé (Suisse Romande)
335 visites


Lundi 23 mai 2016, une partie des résident.e.s du foyer Frank-Thomas (FT), auraient dû quitter leur logement pour emménager dans un nouveau foyer. Ils et elles ont décidé de s’opposer à cette expulsion absurde et nous avons été nombreux.ses à les soutenir. M. Poggia a reconnu les arguments portés par les résident.e.s contre leur déménagement. Le déménagement des habitant.e.s de FT est donc, pour l’heure, suspendu.

Ce jeudi 26 mai, une rencontre a eu lieu entre le Conseiller d’Etat M. Poggia, des membres du Collectif Perce-Frontières (No Bunkers) et des représentants des résident.e.s du foyer FT. M. Poggia a reconnu les arguments portés par les résident.e.s contre leur déménagement. Au regard de la situation, il s’est engagé à reprendre contact avec le Collectif et les résident.e.s avant d’entreprendre toute procédure d’évacuation. Le déménagement des habitant.e.s de FT est donc, pour l’heure, suspendu.

Cette affirmation, bien que provisoire, est un grand soulagement pour les habitant.e.s de FT qui vivent dans l’incertitude de leur sort depuis plusieurs jours. Toutefois, nous continuons à défendre nos revendications :

-La garantie que le foyer FT ne sera pas démoli. Le chantier du CEVA ayant précisé que la destruction du foyer n’est pas nécessaire, rien n’exige sa fermeture dans l’immédiat. Par ailleurs, alors que près de 500 personnes vivent encore sous terre (dans des bunkers), il est inconcevable de fermer un foyer.

-A moyen terme, la mise en place de solutions de logement dignes pour les habitants de FT, afin de favoriser leur intégration plutôt que de la dégrader en péjorant leurs conditions de vie.

-Le nouveau bâtiment d’Appia, ouvert grâce au mouvement No Bunkers de l’été dernier, doit servir en priorité à loger des personnes vivant en bunker, tel que l’affirme d’ailleurs l’Hospice général dans son communiqué du 5 avril 2016. Nous refusons qu’il serve à fermer un foyer et à déplacer des réfugié.e.s qui vivent à Genève depuis des années !

Le Collectif Perce-frontières




Source: