Novembre 21, 2020
Par Attaque
276 visites


Round Robin / samedi 21 novembre 2020

Le 11 et le 18 novembre, ont eu lieu les deux audiences composant la plus générale audience préliminaire pour l’opération Prometeo, qui voit inculpé.e.s Natascia, Robert et Beppe. Le Juge d’instruction de Gênes, Claudio Siclari, ha décidé de la diviser en deux moments, pour laisser parler d’abord l’accusation, personnifiée par le Procureur Manotti, puis la défense.

Lors de l’audience du 11 novembre, le Proc a prononcé son discours très vite, en demandant laconiquement une ordonnance de renvoi en jugement pour les trois. Les avocats défenseurs ont donc eu du temps lors des deux audiences, pour étaler les motivations de leur demande de redimensionner l’accusation, en vertu de l’art. 280, paragraphe 1 et 3, qui, avec la circonstance aggravante du « caractère létal » [des colis piégés envoyés aux Procureurs Sparagna et Rinaudo et au chef de l’époque de l’Administration Pénitentiaire ; NdAtt.], comporte une peine allant de 20 à 30 ans de prison. Dans le cas de Robert, étant donné qu’il y a deux sentences de la Cour de cassation [la première l’a libéré la détention préventive, la deuxième a rejeté le recours du Proc à ce sujet ; NdAtt.] par rapport à l’absence de preuves à on encontre, les avocats ont demandé une ordonnance de non-lieu. La défense a présenté une série d’expertise qui font état du caractère non létal des colis, ce qui, entre autre, a été confirmé par les expertises du RIS [la « police scientifique » des Carabinieri ; NdAtt.] de Parme, versées au dossier. On pourrait donc se demander d’où sort ce fantomatique caractère létal ; la réponse se trouve entièrement dans l’imagination débordante du Proc Piero Basilone (en charge de l’enquête à son début), mais depuis tout ce temps cela n’a jamais été validé par aucune donnée technique, ni aucune expertise.

Lors de l’audience du 18 novembre, le Juge d’instruction a ordonné le renvoi en jugement des trois, tout en maintenant le chef d’accusation initial, malgré les expertises présentées par la défense.
Le 8 février il y aura la première audience, organisationnelle, aux assises de Gênes. Entre-temps, en considération aussi du fait que l’accusation reste la même, les raison juridique pour garder Natascia et Beppe en préventive pour une période encore indéterminée restent valables.

Il va de soi qu’il ne fallait pas s’attendre à grand-chose, de cet énième théâtre comique : c’est la normale administration du pouvoir judiciaire. Celui qui s’arroge le droit de disposer des vies des autres, rien qu’avec une signature distraite, distribuant des mois de taule et des mesures de contrôle judiciaire avec la même nonchalance d’un jeu de dés. Une situation qui peut toucher toujours plus de personnes qui continuent à aller à contre-courant, une réalité dont il faut prendre acte et à laquelle il faut résister, contre laquelle il faut lutter et se mettre de travers avec tout moyen nécessaire.
Aux côtés de Natascia, de Robert et de Beppe, ainsi que de toutes les compagnonnes et les compagnons prisonniers d’un rêve.

La solidarité est une arme, utilisons-la. Continuons à leur faire arriver toute notre solidarité, notre chaleur et notre affection.

On rappelle les adresses de Beppe et Natascia :

Giuseppe Bruna
C. C. di Pavia
Via Vigentina, 85
27100 – Pavia (Italie)

Natascia Savio (elle lit et écrit le français)
C.C. San Lazzaro
Strada delle Novate, 65
29122 – Piacenza (Italie)

Pour leur soutien économique :

Carte Postepay evolution
titulaire : Vanessa Ferrara
n° 5333 1710 9103 5440
IBAN: IT89U3608105138251086351095

Carte Postepay evolution
titulaire : Ilaria Benedetta Pasini
n° 5333 1710 8931 9699
IBAN: IT43K3608105138213368613377

Liberté pour Nat et Beppe !
Liberté pour tous et toutes !
Feu aux taules et au monde qui les produits !




Source: Attaque.noblogs.org