Avril 25, 2020
Par Marseille Infos Autonomes
48 visites


Contre la casse mĂ©thodique de l’hĂŽpital depuis 30 ans, la recherche de la rentabilitĂ© maximale, la tarification Ă  l’acte, le recrutement d’étudiants sous-payĂ©s Ă  des postes nĂ©cessitant des professionnels « aguerris Â»,

Pour la rĂ©quisition de tous les moyens de production, la nationalisation de l’appareil productif essentiel : santĂ©, social, instruction, Ă©nergie, transports collectifs, etc., et l’attribution effective de moyens ambitieux pour les services publics,

Contre la casse méthodique du droit du travail, comme le déplafonnement de la durée maximale du travail hebdomadaire de 48h à 60h, le chÎmage partiel imposé et le manque de moyens de protection adaptés,

Contre la pression sur tout.e.s les travailleurs.euses « essentiel-les Â», de la santĂ©, de l’agriculture, de la distribution alimentaire, de l’hygiĂšne, des transports, de l’énergie etc.,

Pour la rĂ©affectation des dĂ©penses publiques du maintien de l’ordre vers les budgets sanitaires et sociaux,

Pour le confinement définitif de la police, de la gendarmerie, des militaires, et autres spécialistes de la répression,

Contre les contrÎles injustifiés, les violences policiÚres et les entraves quotidiennes aux libertés fondamentales,

Contre le renforcement et la multiplication des outils de surveillance et de contrĂŽle, existants ou Ă  venir : aujourd’hui l’attestation, demain un Ă©quivalent de bracelet Ă©lectronique pour tous,

Pour la rĂ©gularisation administrative de tous les sans-papiers (comme l’a dĂ©jĂ  fait le Portugal) et l’accĂšs aux soins inconditionnels,

Pour la fermeture immédiate des centres de rétention administrative (prison pour sans-papiers) ,

Pour la reprise des parloirs en prison et la reprise des visites dans les EHPAD, les hÎpitaux psychiatriques, les foyers fermés, avec les mesures de protection adaptées,

Contre le confinement qui renforce l’isolement et met en danger les enfants face aux parents maltraitants ou violents et les femmes face aux conjoints violents,

Pour la rĂ©ouverture des lieux de vie sociale et de convivialitĂ© en mĂȘme temps que celle des Ă©coles : bistrots, marchĂ©s, cinĂ©mas, concerts, espaces verts et naturels, etc., dans le respect des gestes barriĂšres,

Contre l’appauvrissement de la vie sociale par le confinement, la distanciation et la numĂ©risation des rapports humains,

Contre la délation des activités les plus basiques,

Pour la suspension de tous les loyers, l’égalitĂ© face Ă  la propriĂ©tĂ© entre celles et ceux qui restent coincĂ©s en Ă©tant mal-logĂ©s et celles et ceux qui peuvent se confiner dans leur rĂ©sidence secondaire de campagne,

Pour la rĂ©quisition immĂ©diate des bĂątiments et logements vacants ou inutiles quand tant de de galĂ©rien-ne-s sont dehors ou mal-logÉes,

Pour l’expropriation de tous les capitalistes, responsables en dernier ressort de la catastrophe actuelle,

CONTRE LA GUERRE sociale faite par la classe bourgeoise aux prolétaires,

CONTRE LA GUERRE faite aux services publics,

CONTRE LA GUERRE aux droits fondamentaux d’aller et venir, de se rĂ©unir, de se rassembler,

CONTRE LA GUERRE faite aux proches des malades et autres enfermé-es à qui il est refusé de rendre visite,

CONTRE LA GUERRE Ă©conomique quand on nous encourage Ă  pousser nos caddies, et que le droit de retrait des travailleurs-euses en danger est mis Ă  mal,

CONTRE LA GUERRE mĂ©diatique qui ne parle que d’ Â« anti-terrorisme Â» pour habiller la prĂ©dation nĂ©ocoloniale et le terrorisme d’état,

CONTRE LA GUERRE quotidienne aux habitants des quartiers populaires et aux nomades,

CONTRE LA GUERRE,

CONTRE L’HYPOCRISIE qui consiste Ă  faire applaudir Ă  20h chaque soir celles et ceux qui se faisaient tirer dessus au flash-ball chaque samedi il n’y a pas si longtemps, comme tout-es les prĂ©carisĂ©-es du capitalisme,

POUR UNE SOLIDARITÉ INTERNATIONALE ENTRE LES PEUPLES EN LUTTE,

POUR LES JOURS HEUREUX, et pas qu’à la fin d’un discours hypocrite,

POUR UN 1er MAI DE LUTTES, puisqu’il faudra les poursuivre inlassablement.

RDV LE 1ER MAI 2020 À 10h30

FACE À LA PRÉFECTURE DE GAP

venons manifester masqué-es

et partager un apéro convivial à la fin du parcours

(verres individuels, distance d’1m minimum entre manifestant-es)

Depuis 130 ans, le 1er mai est une journĂ©e de revendication dans tous les pays industrialisĂ©s, lancĂ©e d’abord par des anarchistes pour obtenir la journĂ©e de 8h de travail. Cette revendication a fini par ĂȘtre obtenue, puis dĂ©passĂ©e, mĂȘme si ses dĂ©fenseurs ont d’abord Ă©tĂ© considĂ©rĂ©s comme des utopistes.

Cette journĂ©e non-travaillĂ©e, officialisĂ©e par l’Internationale en 1889, a toujours Ă©tĂ© refusĂ©e par le patronat et transformĂ©e par le gouvernement de Vichy en journĂ©e de « fĂȘte du travail et de la concorde sociale Â».

Les manifestations du 1er Mai, depuis 1886 à Chicago ou 1891 à Fourmies, ont toujours été déterminées à arracher du progrÚs social, et ont toujours été sévÚrement réprimées.

Cette annĂ©e, nos revendications sont plus que jamais indispensables !

Les mauvais jours finiront !




Source: Mars-infos.org