Communiqué du collectif Cesaï :

Le collectif CĂ©saĂŻ tient Ă  remercier Roger Didier.

Roger Didier ayant Ă©tĂ© choquĂ© par le communiquĂ© de presse de la prĂ©fĂšte du 20/08/2020 concernant l’expulsion du CĂ©saĂŻ, a dĂ©cidĂ© de mettre l’un de ses nombreux bĂątiments personnels vides Ă  la disposition des plus dĂ©munis.
Ne pouvant plus rester sans rien faire face Ă  ces 52 personnes expulsĂ©es mercredi 19 aoĂ»t, il a choisi de transformer en actes ses convictions dĂ©mocratiques. « Chez Roger » ouvre donc ses portes pour offrir un toit Ă  tout ceux que l’État met Ă  la rue.
Conscient que chaque demandeur d’asile a droit Ă  des conditions matĂ©rielles d’accueil ; une aide financiĂšre et un logement (dĂ©cret n° 2012-1208 du 30 octobre 2012) et que l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’IntĂ©gration) et le 115 (Samu Social) ont trop peu de moyens Ă  leur disposition, il se devait d’agir.
Les tĂ©moignages du personnel du 115 expliquant que, dĂ©passĂ© par le nombre de SDF gapençais dans le besoin n’avait d’autre possibilitĂ© que de les rediriger vers le CĂ©saĂŻ (squat expulsĂ© rue de l’imprimerie), n’ont pas laissĂ© notre maire indiffĂ©rent et une solution s’est imposĂ©e : ouvrir un de ses bĂątiments vides Ă  Gap.

En effet, sur 52 personnes prĂ©sentes le jour de l’évacuation du CesaĂŻ, seules 21 se sont vu proposer des places provisoires au camping NapolĂ©on (les fameux hĂ©bergements d’urgence de l’État). En parallĂšle, les femmes demandeuses d’asile logĂ©es Ă  l’hĂŽtel par le Samu Social ont Ă©tĂ© informĂ©es mi-aoĂ»t qu’elles devaient quitter leur chambre Ă  la fin du mois. Étant donnĂ© que les 115 places en Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile (CADA) proposĂ©es aux personnes vivant dans les rues des grandes villes, que les 40 places en HĂ©bergement d’Urgence pour Demandeurs d’Asiles (HUDA) correspondent Ă  des nuitĂ©es en hĂŽtel sans la possibilitĂ© de se faire Ă  manger et que les 105 places en hĂ©bergement d’urgence gĂ©nĂ©raliste (HU) ne suffisent dĂ©jĂ  pas Ă  mettre Ă  l’abri les SDF et qu’en plus l’ensemble de ces places sont rĂ©parties dans tout le dĂ©partement : le calcul est simple il n’y a pas assez de place pour toutes les personnes dans le besoin.
Ainsi, par ce geste Roger Didier a dĂ©cidĂ© de palier lui-mĂȘme aux carences de l’État dans un soucis de reprĂ©senter nos belles valeurs rĂ©publicaines que sont la libertĂ©, l’égalitĂ©, la fraternitĂ© et rend ainsi un juste hommage Ă  l’armĂ©e Africaine qui a libĂ©rĂ© notre ville en ce jour fatidique du 20 aoĂ»t 1944.


Bienvenue chez « Roger » digne Césaï 2

Le baptĂȘme de « Roger » s’est bien passĂ©. Certes, il n’y avait ni champagne, ni petits fours. La pluie Ă©tait lĂ  rappelant Ă  tous combien il est important d’avoir un toit, combien il Ă©tait criminel d’expulser les habitants du CĂ©saĂŻ 1.

Une correspondance collective, parue le 23 aoĂ»t dans ce journal, concluait le compte rendu de la manifestation de soutien au CĂ©saĂŻ ainsi « Il est certain que Gap et son Ă©dile n’ont pas fini de se voir bousculer par les consĂ©quences de cette expulsion injuste et irrĂ©guliĂšre ». Nous voilĂ  en face d’une de ces premiĂšres consĂ©quences : la crĂ©ation d’un nouveau CĂ©saĂŻ qui renaĂźt de ses cendres. L’homme est un animal plein d’initiatives. Les comportements des Ă©lus ou de la prĂ©fecture sont des actes inhumains ce que nous savons depuis longtemps. Un regard mĂȘme superficiel voit rapidement la capacitĂ© de l’homme Ă  faire le malheur des autres. Les expulsĂ©.es du CĂ©saĂŻ 1 ont su rĂ©agir efficacement en dĂ©montrant combien il existe de locaux inoccupĂ©s qui peuvent loger des personnes en difficultĂ©. Mais l’inertie mentale, le renoncement Ă  l’attention aux problĂšmes sociaux, la lourdeur bureaucratique, etc
 sont telles qu’en fin de compte « on » prĂ©fĂšre laisser les personnes Ă  la rue, voire les y mettre, alors mĂȘme que le « gisement » des locaux inoccupĂ©s Ă©tait de 3 millions en 2018 et qu’il augmente bon an mal an entre 2 et 4 % !

Et puis quel beau pied de nez Ă  l’édile gapençais que de baptiser ce deuxiĂšme CĂ©saĂŻ, bĂątiment qui appartient Ă  la mairie, sis 3 cours du Vieux-Moulins, du prĂ©nom du maire. Il doit apprĂ©cier, sa notoriĂ©tĂ© ne peut que grandir et il aime cela. Savoir que les personnes expulsĂ©.es par lui, ont pensĂ© Ă  son prĂ©nom, pour baptiser leur nouveau logement est sĂ»rement pour lui le signe de l’efficacitĂ© de l’expulsion du CĂ©saĂŻ 1. Évidemment une question demeure : combien faudra-t-il de CĂ©saĂŻ pour qu’une politique de logements soit rĂ©ellement menĂ©e ? La poser signe dĂ©jĂ  l’échec total de ceux/celles qui sont censĂ©.es gouverner. DĂ©cidĂ©ment, un changement complet de lois et de pratiques sociales s’imposent.

Jean-Paul Leroux, 29 août 2020


Manifestation de soutien au Césaï, 22 août 2020

La bĂȘtise de l’autoritĂ© municipale, les calculs mĂ©diocres d’une prĂ©fĂšte absente, la conduite abjecte d’un huissier qui va ĂȘtre attaquĂ© au pĂ©nal, ont conduit Ă  cette manifestation de protestation contre l’action illĂ©gitime, inhumaine, de l’expulsion du CĂ©saĂŻ et de soutien aux expulsĂ©.es, migrant.es ou non.

Entre celles et ceux qui n’ont pas pu rester longtemps mais ont tenu Ă  tĂ©moigner de leur soutien, celles et ceux qui sont restĂ©.es tout le temps, 300 Ă  350 personnes sont venus dire leur Ă©motions devant l’injustice qui frappe les ex du CĂ©saĂŻ.

La nuit derniĂšre, des personnes mal intentionnĂ©.es sont venu.es dĂ©ranger et « agresser » les campeurs de la place Saint Arnoux. Il leur fallait une manifestation chaleureuse pour leur remonter le moral. Elle le fĂ»t. Les banderoles insistaient sur l’attitude antidĂ©mocratique du maire, sur l’illĂ©galitĂ© de l’expulsion, sur l’égalitĂ© de toutes les personnes, migrantes ou non, l’absurditĂ© des frontiĂšres.

La prĂ©sence policiĂšre, disproportionnĂ©e, ajoutait Ă  la dramaturgie de cette manifestation. Surtout que les manifestants n’aillent pas au centre ville, dans le marchĂ© ! Elle a eu beau faire pour canaliser la manifestation, la police a Ă©tĂ© contournĂ©e, une premiĂšre fois par les escaliers du passage de la Citadelle et une deuxiĂšme fois par la rue Doyenne. Finalement, il semble qu’elle ait du abandonner. Il faut dire que les manifestants n’étaient lĂ  que pour « manifester » pacifiquement leur besoin d’ĂȘtre accueillis avec humanitĂ©. Ils ont pu s’installer place Jean Marcelin. Avec une sono, des danseurs et des danseuses, ils ont Ă©gayĂ© les personnes prĂ©sentes. La bonne humeur malgrĂ© tout Ă©tait victorieuse. La dĂ©fense des expulsĂ©.es et des exilĂ©.es avait empli le centre ville de libertĂ© et de dynamisme.

Une matinĂ©e de contrastes entre la joie et la volontĂ© de vivre et les forces de la tristesse. Mais il est certain que Gap et son Ă©dile n’ont pas fini de se voir bousculer par les consĂ©quences de cette expulsion injuste et illĂ©gale.

Correspondance collective


CesaĂŻ
cesai [at] riseup [point] net
https://squ.at/r/6ega
https://cesai.noblogs.org/

Les sans papiers en France: https://radar.squat.net/fr/groups/country/FR/topic/sans-papiers
Des squats en France: https://radar.squat.net/fr/groups/country/FR/squated/squat
Des groupes en France: https://radar.squat.net/fr/groups/country/FR
Des événements en France: https://radar.squat.net/fr/events/country/FR


Vallées en Lutte, le 29 août: https://valleesenlutte.noblogs.org/post/2020/08/29/nouveau-squat-pour-les-exiles-a-gap/
Alp’ternatives, le 29 aoĂ»t: https://alpternatives.org/2020/08/29/bienvenue-chez-roger-digne-cesai-2/
Alp’ternatives, le 22 aoĂ»t: https://alpternatives.org/2020/08/23/gap-22-aout-manifestation-de-soutien-au-cesai/


Article publié le 31 AoĂ»t 2020 sur Fr.squat.net