Juillet 10, 2021
Par Union Communiste Libertaire Vosges
266 visites


L’usine Gantois (tôles et toiles métalliques) est en grève depuis ce jeudi à Saint-Dié. Un emblème de la ville (fronton protégé au patrimoine, ancien patron célébré dans le magazine de la ville, lauréat du fonds national de modernisation-diversification) mais pas un fleuron du progrès social: dernièrement les démissions se sont multipliées sur la chaîne de production, à cause d’un management pour le moins agressif. Les ouvrier·es restant·es se sont mis en grève pour réclamer une meilleure considération et une revalorisation de leur salaire gelé depuis une dizaine d’années.

On remarquera que l’argent de l’État est là pour le capital, pour ce qui se revend: l’outil de travail. On mutualise donc l’investissement, et dans le même temps on pousse dehors les salarié·es, qui n’ont sinon plus qu’à la fermer quand on les maltraite. Situation typique de la crise actuelle qui permet finalement la concentration du capital au détriment des prolétaires, sous couvert bien mince d’écologie puisque les machines devront permettre de participer à la fabrication des véhicules à hydrogène, le nouveau leurre faussement zéro pollution des capitalistes faussement durables – le remplacement de l’hydrogène sale déjà utilisé actuellement par un hydrogène propre nécessitant une énergie hallucinante!

Ni greenwashing ni pollution, contrôle des outils de production par les travailleuses et les travailleurs, contrôle des besoins par la population!




Source: Ucl-vosges.org