#FridaysForFuture vendredi 15 novembre « Bolloré Total criminels écologiques criminels esclavagistes LREM Modem LR complices »

Les députés LREM, Modem et LR viennent de voter un amendement maintenant l’huile de palme parmi les biocarburants et permettant ainsi aux entreprises criminels écologiques comme Total de continuer à percevoir d’énormes sommes de cadeaux fiscaux !
L’Assemblée a maintenu jeudi soir l’huile de palme parmi les biocarburants jusqu’à 2026. Face au soupçon de lobbying de Total, des députés souhaitaient revoter. La commission des Finances et le Premier ministre demandent ce vendredi une seconde délibérationLes députés ont voté jeudi, sans débat, un report à 2026 de l’effacement de l’huile de palme de la liste des biocarburants, une décision aussitôt dénoncée par les associations écologistes. L’Assemblée avait pourtant voté l’an dernier l’exclusion de l’huile de palme des biocarburants, qui bénéficient d’un régime fiscal favorable. Total produit actuellement du carburant à base d’huile de palme dans la nouvelle bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), près de Marseille.Sud Ouest
Les députés ont obéi à Bolloré et Total, le premier est producteur d’huile de palme, le deuxième est importateur d’huile de palme !
Les criminels écologistes Bolloré et Total ont leurs représentants politiques à l’Assemblée Nationale pour voter des lois en leur faveur !
Selon l’association « les amis de la Terre », Total perçoit en cadeaux fiscaux 70 à 80 millions d’euros pour détruire la Terre !
Ce vote a suscité l’ire des Amis de la Terre. Selon cette association écologiste, « les députés de la majorité, avec la complicité du gouvernement, viennent de céder au lobbying éhonté de Total », et de faire un « cadeau fiscal évalué entre 70 et 80 millions d’euros ». Sud Ouest
LA PRODUCTION HUILE DE PALME DÉTRUIT LA TERRE AVEC DES PAYSANS EN ESCLAVAGE
L’huile de palme c’est 306 MILLIONS D’EUROS DE PROFIT pour BOLLORE
 » les plantations d’huile de palme ont rapporté 306 millions d’euros de chiffre d’affaire annuel en 2018 à Socfin, société du groupe Bolloré » (source)

Cela correspond à 25 500 paysans en esclavage à qui Vincent Bolloré vole 1000 euros par mois.
12000 euros par an volés à 25 500 paysans c’est un total de 306M€ de vol esclavagiste.

La production d’huile de palme détruit la Terre.
D’abord la déforestation qu’elle engendre perturbe les écosystèmes. Ainsi des espèces disparaissent comme les orangs-outans qui sont en voie de disparition.
Chaque année, la production d’huile de palme atteint les 15 millions de tonnes. Pour obtenir de tels résultats, des opérations de déforestation ont été engagées depuis plusieurs années pour arriver à une monoculture intensive. À titre d’exemple, l’Indonésie a déjà perdu 72 % de ses espaces forestiers. D’ici 2022, le Programme des Nations Unies prévoit la disparition de près de 98 % des forêts. De plus, cette zone forestière qui s’étend sur près de 75 % du pays est peuplée de nombreuses espèces, dont certaines sont protégées. La déforestation n’est pas l’une des seules conséquences de la production d’huile de palme sur l’environnement. Du fait de cette déforestation, on assiste à la destruction de tout un écosystème et à une disparition programmée de certaines espèces, dont les orangs-outans. Détruire des écosystèmes n’est pas sans conséquence. Cela peut avoir un impact fort à l’échelle mondiale, puisque cela engendre une dérégulation des systèmes de vie et conduit de facto à des problèmes tant environnementaux qu’économiques.Géo
La déforestation qu’entraîne la production d’huile de palme aggrave le couvercle carbone.
En exploitant les zones forestières et en causant la déforestation, la production d’huile de palme a une autre conséquence sur l’environnement : une augmentation importante du gaz à effet de serre. Les déforestations sont effectivement responsables de 15 % à 20 % de l’augmentation de gaz à effet de serre. Selon un rapport présenté en 2017 par l’ONG Greenpeace, c’est à la destruction de ses zones forestières que l’Indonésie doit sa triste troisième position mondiale de producteur de gaz à effet de serre. Concrètement, cette augmentation se traduit par de fortes modifications climatiques. Le réchauffement climatique, notamment, est étroitement lié à la disparition des arbres, qui sont les « poumons de la terre ». Plus on tendra à leur destruction, plus on accélérera le processus de réchauffement climatique, qui, lui-même, aboutira à des conséquences désastreuses tant pour la planète que pour l’homme (montée des eaux, assèchement des sols, destruction des récoltes, disparition encore plus aggravée d’espèces vivantes, etc.).Géo
En Afrique aussi les forêts sont détruites par le groupe de Bolloré et ses plantations d’huile de palme:

La Société Financière des Caoutchoucs (Socfin) est une entreprise peu connue du grand public mais présente depuis plus d’un siècle en Afrique2 et comptant parmi les plus importants planteurs sur le continent. Au premier rang de l’actionnariat de la Socfin on retrouve deux figures du monde des affaires africain: Vincent Bolloré, 9e fortune française, pour qui l’Afrique reste un terrain de prédilection, et l’homme d’affaires belge Hubert Fabri. La Socfin affiche des projets d’expansion de ses plantations dans une dizaine de pays majoritairement africains, menaçant des forêts pourtant indispensables à la préservation des équilibres climatiques, à la sauvegarde de la biodiversité ainsi qu’au maintien des conditions de vie des populations locales. Par exemple, en République démocratique du Congo ou à Sao Tomé-et-Principe, les concessions de la Socfin incluent des forêts primaires, mais aussi des forêts secondaires ou en régénération, qui stockent d’importantes quantités de carbone. Ces concessions jouxtent parfois des écosystèmes uniques comme à Sao Tomé où les plantations de la Socfin sont situées en bordure d’un parc naturel national abritant une biodiversité remarquable. Greenpeace Enquête sur les investissements du groupe Bolloré et de son partenaire belge Hubert Fabri

L’HUILE DE PALME PRODUITE
PAR LES ESCLAVES DE BOLLORÉ
PAYÉS 1.50 EUROS PAR JOUR

Les associations écologistes dénoncent le crime écologiste … mais pas le crime esclavagiste.
Les travailleurs de Bolloré dans les plantations d’huile de palme au Cameroun sont payés 1.50 euros par jour !!!
Le documentaire de Tristan Waleckx et Matthieu Rénier dans Complément d’Enquête sur France 2 qui a remporté le prix Albert-Londres 2017 dénonce ce que nous appelons « esclavage immobilier ».

Bolloré fait de très gros bénéfices sur le sang et la sueur des Africains.
Les plantations d’huile de palme ont rapporté 306 millions d’euros de chiffre d’affaire annuel en 2018 à Socfin Site ONG Sherpa
80 % des profits de Bolloré se font en Afrique avec des salaires esclavagistes.
Le documentaire de compléments d’enquete « Bolloré : un ami qui vous veut du bien cite le rapport EXANE
(Agence Ecofin) – Selon une étude du courtier Exane publiée, le 28 février, les activités africaines du groupe Bolloré n’ont représenté en 2011 que l quart des ventes du groupe mais presque 80 % de ses profits.
Cette même étude intitulée « African Express » souligne que Bolloré Africa Logistics a dégagé un chiffre d’affaires : 2,5 milliards d’euros. La société présente dans 45 pays en Afrique investit 250 millions d’euros par an en moyenne.
Esclavage : pas d’abolition pour Bolloré

Bolloré embauche des mineurs pour faire ce travail esclavagiste.

Embauche systématique de mineurs par Bolloré ! Témoignage inédit d’un ouvrier de SOCAPALM ayant travaillé pour Bolloré pendant 10 ans au Cameroun

Ces criminels écologiques et esclavagistes doivent être jugés par des JDR Juges délégués révocables au Nuremberg de l’Afrique et au Nuremberg de l’environnement qui jugera les criminels écologiques.


Article publié le 18 Nov 2019 sur Nantes.indymedia.org