Mars 14, 2022
Par Expansive
329 visites

Le parquet de Rennes vient de classer sans suite l’affaire des violences policières commises à Redon lors de la Rave Party de la nuit du 18 juin 2021. Pour rappel, les forces de l’ordre avaient lancé en pleine nuit et pendant plus de sept heures des grenades lacrymogènes et assourdissantes sur la foule. Et un jeune homme de 22 ans avait eu une main arrachée par un jet de grenade.

Le parquet affirme que« l’usage des armes par les forces de l’ordre s’est fait en riposte et s’est avéré nécessaire et proportionné. » De plus la victime s’est « volontairement emparée » de la grenade qui était « arrivée au sol ».

En résumé, les gendarmes ne supportaient pas la teuf et ont animés la fête à coup de lacrymos et de grenades assourdissantes et un participant a cru ramasser un champignon.

Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty International France avait écrit quelques jours après la Free Party : “Il est inacceptable que des opérations de maintien de l’ordre, a fortiori pour disperser un simple rassemblement festif, conduisent, à des blessures allant jusqu’à la mutilation.”




Source: Expansive.info