Juin 21, 2021
Par Le Monde Libertaire
285 visites


Né le 12 novembre 1955 à Paris (XVIIIe arr.), mort le 17 juin 2021 à Paris (XVIIIe arr.) ; cheminot, informaticien ; syndicaliste CGT puis CNT ; militant de la Fédération anarchiste.

Franck Guillaume a toujours vĂ©cu Ă  Paris. Sa mĂšre ThĂ©rĂšse, Yvonne, RenĂ©e Reimbold, nĂ©e le 1er avril 1923 Ă  Saint Gaudens (Haute-Garonne) est morte le 15 avril 2004 Ă  Grasse (Alpes-Maritimes), elle Ă©tait employĂ©e de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) avant de cesser ses activitĂ©s professionnelles Ă  son initiative, avec la volontĂ© de s’occuper de ses trois enfants. Son pĂšre Roger, Gilbert Guillaume, nĂ© le 2 novembre 1928 Ă  Paris (XXe arr.) est mort le 30 novembre 1915 Ă  Le Coudray (Eure-et-Loir). Il fit toute sa carriĂšre Ă  la CNAM oĂč il termina comme responsable d’un centre de paiement. Ses parents ne furent pas ouvertement engagĂ©s politiquement. Son pĂšre, franc-maçon, avait rejoint le Grand Orient de France. Sa mĂšre, partisane de l’égalitĂ© entre femmes et hommes, soutint le mouvement pour la lĂ©galisation de l’avortement et Ă©leva ses enfants dans les valeurs humanistes et la non-violence. Le demi-frĂšre de Franck, Yves, nĂ© en 1946, qui fut Ă©tudiant en MathĂ©matiques Ă  l’UniversitĂ© Pierre et Marie Curie Ă  Paris, s’était engagĂ© dans le mouvement de Mai 1968 en participant aux manifestations Ă©tudiantes. Il milita au Parti communiste français durant quelques annĂ©es. Sa sƓur nĂ©e en 1957, humaniste et farouchement adepte de la dĂ©fense des droits des femmes ne s’est jamais engagĂ©e dans aucun mouvement ou organisation.

AprĂšs des Ă©tudes secondaires en sĂ©rie C, Guillaume reprit des Ă©tudes en Informatique de Gestion Ă  Paris, Conservatoire national des Arts et MĂ©tiers. De 1974-1975 il fut « saisonnier conduite » Ă  la SNCF puis recrutĂ© au service des Trains. Il en dĂ©missionna en 1975. Il fut ensuite employĂ© (1976-1977) Ă  la liquidation des dossiers Ă  la caisse de retraite complĂ©mentaire de retraite de la RESURCA. Il dĂ©missionna en 1977. En 1978 et jusqu’à sa retraite en 2019, il travailla Ă  la Direction des systĂšmes d’information de l’ANPE, devenue PĂŽle emploi en 2008. Il y exerça successivement au sein de la DSI comme programmeur, analyste-programmeur, chef de Projet fonctionnel et technique puis responsable de la sĂ©curitĂ© informatique au niveau de la fabrication des applications.

Franck Guillaume fut acquis aux idĂ©es libertaires suite Ă  la dĂ©couverte dans un livre d’histoire, lors de ses Ă©tudes secondaires, de Proudhon et de la communarde Louise Michel. Par la suite, c’est une affiche qui lui fit dĂ©couvrir, au cours de l’étĂ© 1976, l’existence du Monde Libertaire suite Ă  quoi il se rendit rue Ternaux, siĂšge alors de la FĂ©dĂ©ration anarchiste (FA). Il lui fut conseillĂ© de se rapprocher du groupe Louise Michel Ă  Paris (XVIIIe arr.). DĂšs le mois de septembre 1976, il rencontra Thyde Rosell au cours d’une permanence qui lui prĂ©senta la FA, le groupe Louise Michel et lui expliqua le processus pour intĂ©grer le groupe oĂč il milita activement. Il fut prĂ©sent Ă  plusieurs congrĂšs de cette organisation durant les annĂ©es 1977 et 1978 puis de 1982 Ă  1991, assurant la fonction de trĂ©sorier fĂ©dĂ©ral durant deux ans, mandats 1988-1989 et 1989-1990.

Philippe Speck, Franck Guillaume, Monique LalagĂŒe (Groupe Louise Michel, dans les annĂ©es 1980)

Dans le cadre du groupe Louise Michel, Franck Guillaume organisa des dĂ©bats ouverts au public sur l’agriculture en coopĂ©rative en collaboration avec Alain Duthilleul dit Crapaud. Il fut engagĂ© Ă  partir de 1993 dans l’organisation syndicale CGT de l’ANPE, comme anarcho-syndicaliste. Au cours de dĂ©bats organisĂ©s dans les annĂ©es 1980, au sein du groupe Louise-Michel, il sympathisa avec Jacky Toublet et rencontra HĂ©lĂšne Hernandez, Hugues Lenoir et Thierry PorrĂ©. C’est l’un des motifs pour lequel Franck Guillaume rejoignit le groupe Pierre Besnard dans le courant de l’annĂ©e 1993. AdhĂ©rent du groupe Pierre Besnard il participa Ă  la gestion de sa trĂ©sorerie, et au ComitĂ© de RĂ©daction du Monde Libertaire.

En 2009 il adhéra au Groupe des Libres Penseurs de la Commune de Paris André Lorulot et en 2010, devint adhérent individuel à la FA.

Son parcours syndical (1979-2008) fut partagĂ© entre la CGT et la CNT. Il adhĂ©ra en 1979 et jusqu‘en 1995 Ă  la section syndicale de UNAS-CGT. Il fut Ă©lu comme reprĂ©sentant du personnel Ă  la commission paritaire rĂ©gionale n°2 de la Direction gĂ©nĂ©rale de l’ANPE durant les annĂ©es 1979-1981 pour dĂ©fendre les droits des agents de l’ANPE dans le cadre des mouvements du personnel et des sanctions disciplinaires. Il participa activement aux mouvements sociaux (piquets de grĂšve, manifestations, rĂ©daction de tracts, etc.). En 2007-2008, il fut adhĂ©rent de la section syndicale de l’ANPE de la CNT (rue des Vignoles) section qui disparut avec la fusion ANPE-ASSEDIC.

Franck Guillaume fut aussi membre de l’association CSIA (ComitĂ© de solidaritĂ© avec les Indiens des AmĂ©riques) durant les annĂ©es 1980-1990 au sein duquel il collabora la rĂ©alisation et Ă  la diffusion de la revue et des ouvrages Ă©ditĂ©s par Nitassinan. À partir de 2017, il fut membre bienfaiteur de l’association Tchendukua fondĂ©e par le gĂ©ographe Eric Julien. Cette association aide les populations indigĂšnes Kogi de Colombie Ă  racheter les terres volĂ©es par les colons.

ƒuvre :

Participation au film documentaire Foi d’anar, Maurice Joyeux, portrait d’un anarchiste, rĂ©alisĂ© par Jacqueline Lamant, FR3, 1984.

Au cours des annĂ©es 1983-84 participation Ă  l’émission des mĂ©decines douces animĂ©e par Yves Machelard sur Radio libertaire et en 2007 Ă  une Ă©mission syndicale pour informer des actions engagĂ©es par la CNT animĂ©es par François Mercier du groupe Louise Michel.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article228798, notice GUILLAUME Franck par Hugues Lenoir, HĂ©lĂšne Hernandez, version mise en ligne le 4 juin 2020, derniĂšre modification le 18 juin 2021.




Source: Monde-libertaire.fr