Mai 10, 2022
Par Squat.net
184 visites

Éric, comme tout bon petit facho qui ne se respecte pas, a proposĂ© dans le cadre de sa campagne, il y a quelques semaines, d’abroger une loi dans l’indiffĂ©rence de presque toustes, si ce n’est des acteurices des luttes pour le logement digne pour toustes ; cette loi, c’est la loi SRU (Loi relative Ă  la solidaritĂ© et au renouvellement urbains).

La loi SRU, kĂ©zako ? (attention ça va ĂȘtre technique)
CrĂ©Ă©e en 2000, la loi SRU est une loi communiste portĂ©e par Jean Claude Gayssot, dont le point le plus important est l’article 55 qui impose aux communes importantes (plus de 1 500 habitant.es en Île-de-France, et plus de 3 500 habitant.es pour les autres rĂ©gions), qui sont comprises dans une agglomĂ©ration de plus de 50 000 habitants comprenant au moins une commune de plus de 15 000 habitants, de faire construire au moins 20 % de logements sociaux. Ce taux est portĂ© Ă  25 % en 2013. Ses autres buts sont de crĂ©er une plus forte mixitĂ© sociale et de mettre Ă  l’amende les villes qui ne respectent pas ces quotas (spoiler : la mixitĂ©, ça a pas trop marchĂ©).

La loi SRU c’est donc aprĂšs 20 ans d’application 1,8 millions de logements construits, mĂȘme si ce bilan est assombri par les nombreuses villes qui refusent de respecter ces quotas comme Nice, Neuilly, Toulon, et bien d’autres ; sur les 1 035 communes concernĂ©es durant la pĂ©riode 2017-2019, 550 n’ont pas respectĂ©es les taux. Les amendes ne sont souvent pas rĂ©clamĂ©es car certaines communes « partent de loin » et, plus exaspĂ©rant encore, ces amendes lorsqu’elles rĂ©ussissent Ă  ĂȘtre perçues sont versĂ©es Ă  des EPCI (Ă©tablissements public de coopĂ©ration intercommunale), des structures administratives qui peuvent financer les projets des villes rĂ©fractaires, sans qu’aucune obligation ne soit posĂ©e sur comment utiliser ce fric.
Évidemment, cette loi dĂ©range quand mĂȘme un peu les plus riches, elle a donc Ă©tĂ© mise Ă  mal par le gouvernement Macron via la loi Elan en 2018, qui facilite la vente du patrimoine Ă  des sociĂ©tĂ©s privĂ©es et double le nombre d’annĂ©es pendant lesquelles un LS est comptabilisĂ© dans les 25%. Les libĂ©raux ont donc dĂ©jĂ  une stratĂ©gie pour dĂ©sagrĂ©ger le logement social, celle de la financiarisation et de la gentrification. Mais ça ne va pas assez vite pour notre cornichon libĂ©ral-fasciste, lui il veut juste voir disparaĂźtre le logement social, et ce peu importe si 1,7 million de foyers sont en demande.

Mais alors pourquoi ?
Et bien Ă©tonnamment (non) la raison principale avancĂ©e pour la mise en place de cette politique du logement, c’est la lutte contre les « non-français », les « islamisĂ©s » car selon lui la loi SRU favorise le logement des « immigrĂ©s et des gens en droit d’asile ». C’est faux, une personne sans titre de sĂ©jour n’est pas Ă©ligible Ă  un Logement Social ; une personne en droit d’asile, elle, ne peut avoir accĂšs qu’aux CADA (centre d’accueil pour demandeur d’asile).
Si ces arguments sont faux, c’est dĂ©jĂ  parce qu’il ne sait que parler le racisme et la xĂ©nophobie, aussi parce que sa dĂ©finition d’un.e français.e est identitaire et se juge sur l’ethnie et l’appartenance religieuse, mais surtout pour ne pas avoir Ă  aborder le fait que sa stratĂ©gie est violente contre toust.es les prĂ©caires, musulman.es ou non. Car en rĂ©alitĂ© sa stratĂ©gie est de dĂ©truire totalement le droit au logement pour les plus pauvres, ce qui serait mis en place ainsi selon son programme :

– supprimer les quotas de construction de logements sociaux, laissant les villes seules juges de s’il est nĂ©cessaire ou non de construire.
– arrĂȘter de financer les Logement Sociaux dans les villes qui en comptent plus d’un tiers et vendre ceux en trop.
– supprimer Ă©galement la loi DALO, qui aide les personnes prĂ©caires dans leur accĂšs Ă  un logement.
– proposer la dĂ©chĂ©ance de nationalitĂ© puis expulser les criminel.les binationaux.ales et les dĂ©linquant.es rĂ©cidivistes, ainsi qu’interdire l’accĂšs aux logements sociaux et aux aides sociales pour les personnes condamnĂ©es par la justice.
– expulser toust.es les squatteureuses en moins de 72heures.

La vraie raison de ce positionnement c’est bien d’offrir le marchĂ© des logements sociaux au secteur privĂ© et de le dĂ©fendre. C’est assez fort d’affirmer « Je souhaite donc que la politique du logement social soit rĂ©formĂ©e pour que les Français les plus modestes aient un accĂšs prioritaire Ă  ces logements. » quand on dĂ©sire supprimer les lois qui permettent l’accĂšs Ă  ces derniers au profit de la propriĂ©tĂ© des plus riches.

Nous devons lutter contre le mal logement et contre le fascisme, ces luttes sont bien plus connexes qu’il n’y parait. Luttons contre la propriĂ©tĂ© privĂ©e, pour un logement digne pour toustes. Ouvrons les bĂątiments vides, ne les laissons pas pourrir face Ă  l’inaction Ă©tatique, et ne laissons pas l’autoritarisme continuer de tuer les personnes qui vivent dans la rue.
A bas la « France de propriétaires » !
Un toit c’est un droit
Squat partout !

sources :
https://www.droitaulogement.org/2018/06/elanvoteean/
https://www.lesechos.fr/industrie-services/immobilier-btp/hlm-le-nombre-de-demandeurs-en-attente-a-bondi-de-20-en-huit-ans-1349885
https://www.fondation-abbe-pierre.fr/documents/pdf/guide_-_le_droit_au_logement_opposable_dalo.pdf
https://assets.nationbuilder.com/themes/61c071ce4764e8b1483d1a8c/attachments/original/1647519643/ez_programme%202022-final7.pdf?1647519643
droit du demandeur d’asile service public.fr
France tv pourquoi zemmour veut supprimer la loi sru avec christophe robert
La loi elan attaque de front le logement social médiapart
Ne pas construire de HLM et ne pas payer d’amende, c’est possible

Rebellyon, le 10 mai 2022 https://rebellyon.info/Zemmour-contre-le-logement-social-23863




Source: Fr.squat.net