Novembre 6, 2020
Par Manif Est
238 visites


L’anti-terro est en roue libre complète ! Lundi, des collégiens et lycéens à Marseille, Miramas, Strasbourg et Paris ont été arrêtés chez eux par les flics, leurs maisons perquisitionnés, et sont pour certains déjà passé au tribunal pour « apologie du terrorisme » ! Tout ça pour un mot de travers pendant l’hommage à Samuel Paty, au nom de la liberté d’expression bien sûr…

Article publié initialement sur mars-infos.org

Non c’est pas une blague de mauvais goût. On en est arrivé à un tel point d’islamophobie qu’on trouve normal d’envoyer les flics sur un gamin qui a dit un mot de travers au mauvais moment. Est-ce que c’est le genre d’événement qui ne pourrait pas plutôt se régler avec une petite discussion avec un prof ou un pion ? Non, il faut « faire face à l’islamisme », alors à Marseille quand au collège Chape un collégien de 14 ans dit quelque chose comme « j’aurais fais pareil », l’administration le dénonce, les flics viennent l’arrêter chez lui, perquisitionnent la maison, et le place en garde-à-vue.

Dénonciation, arrestation, prison… vous l’entendez le bruit des bottes du point Godwin qui se rapproche ?

Deux autres lycéens ont été arrêtés à Miramas.

À l’occasion de l’hommage dans les établissement au professeur assassiné Samuel Paty, un des lycéens aurait déclaré que ce dernier l’avait “bien cherché”. L’autre lycéen aurait refusé durant la minute de silence de retirer son bonnet et d’arrêter la musique qu’il écoutait avec un casque. [1]

À Strasbourg aussi deux collégiens ont été placés en garde à vue. Et plus abject encore :

« Deux autres incidents ont également été signalés à la justice, concernant cette fois des enfants de 8 et 9 ans, et scolarisés dans des écoles primaires. Dans leur cas, une “évaluation sociale par les services du département” du Bas-Rhin a été ordonnée a indiqué le parquet. » [2]

Et pour finir à Paris c’est une ado de 15 ans qui a été placée en garde-à-vue, puis passée la nuit dans les geôles du trib, avant d’y être mise en examen et placée sous contrôle judiciaire.

Et Darmanin le violeur, Darmanin qui lance une campagne médiatique raciste sur « l’ensauvagement » pour qu’on arrête de parler du fait que c’est un agresseur sexuel, Darmanin qui s’attaque à des associations musulmanes ou luttant contre l’islamophobie « pour l’exemple », ce Darmanin arrive à dire « Les interpellations que nous faisons sont souvent le fait de jeunes personnes, qui ont entre 12 et 16 ans, qui utilisent des mots extrêmement crus », avec une « habitude face à l’hyper violence, notamment inspirée par l’État islamique, extrêmement préoccupante » [3]

Mais mange tes morts Darmanin !




Source: Manif-est.info