Nous relayons un article récent qui revient sur la façade sociale que tente de se bâtir l’extrême droite française, sous l’inspiration italienne de CasaPound et le cas plus particulier des Tolosates :

L’ultra-droite toulousaine change de visage et organise des maraudes humanitaires. Derrière ce nouveau mode d’action se cachent des militants proches des Identitaires et de néo-fascistes… suisses.

Le groupe a fait sa première apparition le 12 avril 2019. Les « Tolosates » ont organisé une distribution de nourriture pour des SDF Toulousains. Ce n’était que le début. Des actions sont annoncées pour le mois de septembre.

[…]

En faisant dans l’humanitaire, les Tolosates se démarquent de leurs camarades de Bastion social. Mais ils assument parfaitement une proximité de « pensée ». Et le « coup de poing » n’est jamais très loin. Les Tolosates se définissent comme « des adeptes des sports de combat ».  Une pratique qu’ils cultivent en participant à des combats organisés par un groupe néo-fasciste suisse.

Des contacts avec l’ultra-droite suisse

Les Tolosates ne font pas que tendre la main à des sans-abris. Le groupe a une activité beaucoup plus musclée. En mai dernier, les Toulousains ont participé au Cabochard III. Derrière ce vocable se trouvent des combats de boxe (parfois 5 contre 5) organisés par Kalvingrad patriote Ce groupuscule suisse (pro-arme, anti-migrant, antisémite et nationaliste) est proche de Bastion social et n’hésite pas à franchir la frontière française pour participer, à Lyon, à des attaques contre des « anti-fascistes ». Le 9 février dernier, les échauffourées, en marge d’une manifestation des gilets jaunes, ont été particulièrement violentes. Quand ils ne se battent pas dans la rue, les membres de KL ouvrent la porte de leur salle de boxe aux Tolosates

article entier

On note au passage que les Tolosates ont répondu à cet article par le biais d’Info Toulouse.

Publicités


Article publié le 11 Oct 2019 sur Unionantifascistetoulousaine.wordpress.com