A-Infos (fr) Alternative Libertaire #309 (UCL) – Biocoop: petit Ă©peautre mais gros conflit







A – I n f o s

Une agence d’actualits par pour et au sujet des anars
**
.


Informations dans toutes les langues

Les 30 derniers messages (accueil)

Messages des deux
dernires semaines

Nos archives des anciens messages


Les 100 derniers
messages selon la langue

Greek_
Chinese_
Castellano_

CatalĂ _

Deutsch_

Nederlands_

English_

Français_

Italiano_

PortuguĂȘs_

Russkyi_

Suomi_

Svenska_
Trke_
_The.Supplement


Premires lignes des dix derniers messages

Greek_
Chinese_

Castellano_

CatalĂ _

Deutsch_

Nederlands_

English_

Français_

Italiano_

Polski_

PortuguĂȘs_

Russkyi_

Suomi_

Svenska_
Trke

Premires lignes des dix derniers messages

Premires lignes des messages des dernires 24 heures


Premires lignes des messages des dernire
last 30 days |
of 2002 |
of 2003 |
of 2004 |
of 2005 |
of 2006 |
of 2007 |
of 2008 |
of 2009 |
of 2010 |
of 2011 |
of 2012 |
of 2013 |
of 2014 |
of 2015 |
of 2016 |
of 2017 |
of 2018 |
of 2019 |
of 2020





(fr) Alternative Libertaire #309 (UCL) – Biocoop: petit Ă©peautre mais gros conflit


Date

Fri, 16 Oct 2020 20:25:36 +0100




Depuis le mois de juillet, des salarié·es du rĂ©seau parisien Biocoop –
Le retour Ă  la terre sont en grĂšve contre leur direction. Le conflit
d’abord local s’Ă©tend au national, et les appels Ă  la grĂšve se
multiplient depuis septembre. —- Biocoop est une sociĂ©tĂ© coopĂ©rative,
mais ses magasins sont gérés de façon indépendante avec un systÚme de
franchise: 40% seulement sont des coopératives, les autres sont des Sarl
(sociétés commerciales à responsabilité limitée). La charte de Biocoop
n’incluant plus d’obligations sur les relations salariales, celles-ci
appliquent la convention collective du commerce de détail, protégeant
peu les salarié·es[1]. C’est ainsi qu’au mois d’avril, tandis que le
président de Biocoop déclarait que la crise était une opportunité «pour
changer de modĂšle», les patrons d’une partie de ces biocoop pressuraient
leurs salarié·es déjà éprouvés par le confinement et le déconfinement.
—- Il y a donc un enjeu structurel: les salarié·es en lutte dĂ©noncent
un alignement sur la grande distribution, et le relĂšguement au second
plan des conditions de travail et des droits des salarié·es (les
exigences Ă©thiques et sociales semblant s’appliquer davantage aux
produits vendus qu’au fonctionnement des magasins, surtout en Sarl).
—- Le mouvement de grĂšve est parti du rĂ©seau de magasins parisiens
Biocoop – Le retour Ă  la terre, dont les salarié·es Ă©taient mobilisé·es
depuis juillet. Elles et ils revendiquent principalement l’acceptation
de toute demande de rupture conventionnelle, une revalorisation
salariale, des repos hebdomadaires de deux jours consécutifs et le
renoncement de la direction Ă  ouvrir les magasins le dimanche (ce
dernier point a été obtenu, la direction y ayant renoncé aprÚs la grÚve
du 6 septembre).

Ce sont à présent les salarié·es de plusieurs Biocoop qui sont en grÚve
et le conflit se durcit. Lors de la manifestation interprofessionnelle
du 17 septembre, les grévistes de Paris ont été rejoint·es par des
salarié·es d’autres Biocoop en France dans la perspective de fĂ©dĂ©rer
leurs luttes. Leurs revendications: que la représentation des salariés
passe de 5 % Ă  50 % dans les instances Biocoop et que la grille des
salaires qui a été supprimée du cahier des charges soit réinstaurée et
réévaluée dans tous les magasins du réseau.

À l’approche de la journĂ©e de grĂšve du 26 septembre, des sanctions se
sont abattues: chantage aux jours de congé, menaces de plainte pour
diffamation, et enfin deux personnes mises Ă  pied pour faute grave et
passibles de licenciement[2]. Mais leur lutte bĂ©nĂ©ficie aujourd’hui d’un
large soutien de la part d’organisations et de partis politiques, ainsi
que d’allié·es comme la boulangerie autogĂ©rĂ©e de Montreuil, La conquĂȘte
du pain, qui refuse de livrer Biocoop en solidarité. Ce mouvement de
lutte nous rappelle que mĂȘme les acteurs «engagĂ©s» sont rattrapĂ©s par le
capitalisme, et, souvent, s’inscrivent davantage dedans qu’ils ne
luttent contre… Le seul rempart, c’est la mobilisation des
travailleuses et travailleurs pour défendre leurs droits, prendre en
main leur outil de travail et empĂȘcher la trahison des valeurs affichĂ©es.

La Commission Ă©cologie de l’UCL

Notes:
[1]«En pleine croissance, le réseau Biocoop est contesté sur le plan
social», Reporterre, 25septembre

[2]Voir la page Facebook des salarié·es en lutte, Le retour à la grÚve.

https://www.unioncommunistelibertaire.org/?Biocoop-petit-epeautre-mais-gros-conflit
_________________________________________________
A – I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr








Article publié le 17 Oct 2020 sur Ainfos.ca