Août 25, 2018
Par Indymedia Nantes
168 visites


A Nantes, la justice frappe fort. Les peines de prison ne se comptent plus pour les personnes arrêtées dans les manifestations. Un exemple récent : la condamnation à 1 ans de prison ferme pour un prétendu jet de caillou « en direction » des gendarmes sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Un an ferme. La moindre action politique, même anodine, est poursuivie sans relâche. Par exemple la « pendaison » symbolique d’une effigie de Macron en carton lors d’une manif a donné lieu à une enquête poussée de la Police Judiciaire. En parallèle, les centaines de cas de violences policières sont systématiquement impunis, classés « sans suite » par la justice.




Source: