Mai 17, 2023
Par Contre Attaque
2,536 visites

Le «fonds Marianne», c’est cette somme d’argent public débloquée après l’assassinat atroce de Samuel Paty pour subventionner des associations qui «défendent les valeurs de la République». En réalité, l’argent a été distribué par la ministre Marlène Schiappa à des structures pro-Macron, qui n’ont aucune existence sérieuse. Une commission d’enquête parlementaire est ouverte sur ce scandale.


Image d'un dossier de candidature d'une page, avec seulement 7 phrases pour obtenir 350000 euros

1) Médiapart révèle que le dossier de candidature de l’association qui a reçu la plus grosse subvention, soit 350.000 euros, est un document Word d’une page comprenant des notes sommaires. Le journal évoque des «notes d’intention insipides, sans détail ni précision sur la mise en œuvre des projets» alors que des dossiers «beaucoup plus étayés» ont été rejetés. L’association de Mohammed Sifaoui, un proche de Valls, obsédé par l’islam et qui a tenu des propos racistes anti-asiatiques, a donc rendu une feuille comprenant en tout et pour tout sept phrases. Soit, rapporté à la subvention obtenue par sa structure, un ratio de 50.000 euros par phrase.

2) Au Sénat, le préfet responsable du fonds Marianne balance Marlène Schiappa. Il affirme avoir été mis sous pression par le cabinet de la ministre pour «accélérer» la procédure d’attribution du fonds. «C’était une commande politique», a-t-il expliqué devant les élus. Le sénateur à la tête de la commission d’enquête, Jean-François Husson, lui répond : «Je ne sais toujours pas quels ont été les critères et pourquoi vous avez décidé de verser plusieurs centaines de milliers d’euros à certaines associations et pas à d’autres».

3) Encore plus fou, le fonds Marianne a financé un facho ayant tagué une mosquée. 330.000 euros ont été donnés à l’association «Reconstruire le Commun» en échange d’une poignée de vidéos confidentielles : des discussions sidérantes de stupidité et pro-Macron, mises en ligne sur Youtube. Un bel investissement. L’animateur de ces vidéos est un ancien responsable des Jeunes avec Macron. Un autre membre a participé au harcèlement en ligne du journaliste Nicolas Hénin, ancien otage de l’État islamique, victime d’une campagne d’attaques sur les réseaux sociaux pour avoir dénoncé l’extrême-droite. Un troisième membre de «Reconstruire le commun» a carrément été interpellé alors qu’il taguait les murs de la mosquée de Pantin, en Seine-Saint-Denis, en octobre 2020. Il animait aussi sur les réseaux sociaux un compte réactionnaire.

Le clan Macron a donc utilisé la mort atroce d’un enseignant pour détourner de l’argent public et le donner à des groupes de copains et des islamophobes. Qui n’ont même pas pris la peine de faire semblant d’envoyer des candidatures sérieuses. Et Marlène Schiappa n’a toujours pas démissionné.


Sources :
https://www.mediapart.fr/journal/france/150523/les-pietres-candidatures-du-fonds-marianne-de-marlene-schiappa-0

https://www.mediapart.fr/journal/france/160523/fonds-marianne-le-prefet-gravel-se-defausse-sur-tout-le-monde

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

Adblock test (Why?)




Source: Contre-attaque.net