Police : une cellule « ultragauche » à Nanterre

La Canard Enchaîné / mercredi 24 juin 2020

Pour pister ce que la police appelle pompeusement l’ « ultragauche », les poulets avancent masqués. Il y a deux semaines, la Direction centrale de la police judiciaire a constitué une très discrète cellule spéciale, chargée d’enquêter sur la mouvance d’extrême gauche.

Laquelle est soupçonnée de multiplier les sabotages d’antennes-relais, les incendies de gendarmeries et autres voitures de police. Basé à Nanterre, ce groupe quasi clandestin d’une dizaine de flics triés sur le volet cible tous les « anarcho-autonomes » (sic) susceptibles d’être mêlés à ces opérations.

Sauf que, depuis le fiasco Tarnac, la justice se méfie comme de la peste des affaires de terrorisme imputées à l’ultragauche. En 2008, en effet, les RG, encouragés par la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, avaient foncé tête baissée sur la piste d’un groupe d’activistes dirigé par Julien Coupat, accusé d’avoir saboté des lignes de TGV. Dix ans plus tard, ce prétendu dossier terroriste s’était soldé par une relaxe générale.

Échaudé, le Parquet nationale antiterroriste refuse désormais de se charger de enquêtes ouvertes pour « dégradations volontaires ». D’où, histoire de compenser, la création, par l’Intérieur, de cette cellule ultra-secrète… jusqu’à aujourd’hui !

*****

A la maréchaussée, l’oracle se tait

Çela fait déjà des nombreuses années que la Gendarmerie utilise pour ses enquêtes des logiciels d’analyse de typé « big data », comme Anacrim et Oracle. Ils les décrivent comme des « applications d’analyse de données issues de la constatation des crimes et délits » (source: « Projet de loi des finances 2006 – Programme 152 : Gendarmerie nationale », disponible sur internet). Mais depuis peu de temps Oracle est aussi le nom donné à une cellule de gendarmes censée coordonner les enquêtes sur ce spectre qui hante la France.

Les journaflics du dimanche (JDD du 1er juin 2020) nous informent que « Oracle : c’est le nom que la gendarmerie a choisi pour baptiser sa nouvelle cellule d’enquête. Pour la direction générale, le sujet est jugé très sensible. Tout juste accepte-t-on de confirmer son existence, très récente, et sa mission, superviser l’ensemble des enquêtes ouvertes concernant la mouvance d’extrême gauche : incendies de casernes ou de voitures de gendarmerie (Meylan, Limoges, etc.), de véhicules Enedis (cinq ont encore été brûlés samedi dernier à Bouguenais, en Loire-Atlantique) et bien sûr d’antennes-relais […] » etc., en poursuivant avec leurs idioties habituelles.
De leur part, les flics-journaleux de l’Essor de la Gendarmerie Nationale (article publié le 22 juin 2020) écrivent que « [les nombreuses destructions d’antennes-relais qui ont eu lieu ces derniers mois sont un] phénomène inquiétant qui a débouché, dans l’Arme, sur une nouvelle cellule: Oracle. Celle-ci est chargée de coordonner les enquêtes sur les dégradations d’antennes-relais. Et le travail ne manque pas. »


Article publié le 02 Juil 2020 sur Attaque.noblogs.org