A quelques jours de l’ouverture du plan froid, le Préfet du Rhône a annoncé des mesures jamais vues en France, destinées « à fluidifier » l’hébergement d’urgence : A Lyon, désormais, un enfant de plus d’1 an, une femme enceinte de 3 mois ou une personne âgée de 75 ans se verront refuser toute mise à l’abri. Contraires à la loi 1 , ces mesures s’accompagnent d’une réduction massive des places d’hébergement d’urgence, passant de 3500 à 1500 places.

Les professionnels de l’urgence sociale dénoncent des mesures inhumaines qui remettent en cause le droit inconditionnel et continu à l’hébergement. Rayés des radars de l’hébergement et des statistiques, ces femmes, ces enfants et ces hommes devraient permettre de « fluidifier » l’hébergement d’urgence dans le Rhône.

Le préfet est hors la loi dans le Rhône : Il met fin à la continuité et l’inconditionnalité de l’hébergement

Vous n’êtes pas enceinte ?

Vous n’aurez jamais d’hébergement

Vous n’avez pas d’enfant de moins d’un an ?

Vous n’aurez jamais d’hébergement

Vous n’avez pas une maladie extrêmement grave en phase terminale ?

Vous n’aurez jamais d’hébergement

Vous avez 1 an et un jour ?

On vous remet a la rue !!!!!!

Vous attendez une place d’hébergement depuis 3 ans ?

Patientez jusqu’a votre mort !!!!!!

Vous étiez salarié-e du social, vous devenez expulseu-se-r pour la préfecture

Et si c’était vous a la rue ????!!!!!

Toutes et tous en grève le 28 novembre 2019

Manifestation 14h 20 rue du lac
Rassemblement 16h devant la Préfecture

Nous demandons : 

- l’annulation immédiate de la refonte du dispositif d’hébergement annoncée (respect des principes d’inconditionnalité et continuité de l’hébergement)

- un plan d’urgence pour faire face à la crise, associant les associations et travailleurs sociaux de terrain

– Un effort significatif en matière de production de logements accessibles et de création de places d’hébergement supplémentaires pour garantir un habitat digne et salubre à toutes et tous

Le collectif hébergement en danger

JPEG - 1.6 Mo
PDF - 92.4 ko

Article publié le 23 Nov 2019 sur Rebellyon.info