Octobre 30, 2019
Par Paris Luttes
258 visites


Article paru sur abaslescra.noblogs.org :

La prison pour sans-papier du Mesnil-Amelot (77) est juste à côté de l’aéroport CDG. Y sont enfermé·e·s plus de 230 prisonnier·ère·s et c’est aussi la seule prison en IDF pour femme sans-papier. Dans abaslescra.noblogs.org et dans paris-luttes.info on a souvent relayé des luttes collectives, des révoltes qui y ont eu lieu. Mais aussi les violences policières, les expulsions cachées et violentes, le racisme des keufs, etc.

C’est au moins la troisième fois cette année que des prisonniers du CRA2 essayent de mettre à mal la machine à expulser en tentant de brûler des cellules.

Ce lundi 28 octobre en début de soirée, dans trois bâtiments (le 9, le 10 et le 11) des feux se déclenchent. Le bâtiment 10 est le plus touché.

Les pompiers interviennent (trop) rapidement et jugent qu’on peut continuer à y enfermer des personnes sans danger pour la santé. Résultat : les prisonniers des bâtiments concernés se retrouvent à dormir dans ces mêmes cellules qui ont brûlé, sans matelas ni draps.

La répression a déjà commencé : deux prisonniers ont été amenés à l’isolement (et peut-être en garde à vue). L’un d’eux a été reconnu par un keuf du CRA parce qu’il l’avait déjà tapé l’année dernière.

Un prisonnier fait savoir que : « Aujourd’hui, les keufs sont chaud chaud. Ils cherchent qui c’est. Mais ils savent pas. La direction du CRA a dit jusqu’à jeudi pour le nettoyage. Mais rien a commencé. Pas de shampoing, de gel douche aujourd’hui, c’est pour la punition. Alors qu’hier y avait déjà pas de shampoing, alors qu’y avait pas eu de feux. »

Dans la prison pour sans-papiers de Plaisir (78), après une grève de la faim et une violente répression qui avaient eu lieu fin septembre, ce dimanche dans la soirée une cellule a brûlé.

Force et solidarité avec tou·te·s les prisonnier·ère·s !




Source: Paris-luttes.info