Mai 10, 2022
Par Expansive
163 visites

Nous refusons la destruction de ces 3ha, qui sont aujourd’hui occupés par des jardins familiaux depuis un demi-siècle au moins, par un jardin à défendre, par une activité d’horticulture historique, par une zone humide avec des nappes phréatiques de surface dans la partie sud de l’extension : l’eau et la terre sont des biens COMMUNS !

Oyé oyé amis, amies,

Ce dimanche 15 Mai de 14h à 18h, aprem festif au Jardin À Défendre de la Prévalaye (à Rennes, 245 route de Sainte Foix, derrière 3 coquelicots, https://cutt.ly/AHeaZ5g )

Pour que cet après-midi soit joie et paillettes nous avons déjà prévu quelques ingrédients de choix : du son, des crêpes, des jeux, à boire, à jardiner, troc graines et plants, balade botanique et découverte de la Prévalaye et de ses luttes,

Mais nous manque quelques ingrédients importants :

La garantie de votre présente et…

De quoi faire vivre une scène ouverte, qui serait chaud·e pour venir avec sa guitare, sa voix, sa cornemuse, et nous partager un ptit air ?

Nous parlerons aussi de l’Îlot U. #sauvonslesterresrennaises

Dans l’attente de cet après-midi dominical,

Belle journée


COMMUNIQUÉ

Le Dimanche 15 mai, c’est journée portes ouvertes au Jardin À Défendre de la Prévalaye (245 route de Sainte foix, https://cutt.ly/AHeaZ5g )

Au programme : des balades découvertes, petite (à pied) ou plus grande (à vélos), un troc graines et plants, des ateliers jardinage et bricolage, jeux, buvette et autres surprises..

Ce jardin a été mis en culture lors d’une manifestation en réaction au projet d’extension du stade rennais football club. Cette PRISE DE TERRE s’inscrit dans le cadre des Soulèvements de la terre 💥 mouvement constellaire contre l’artificialisation et l’accaparement des terres.

Plusieurs rebondissements…

On reprend du terrain ! Le SRFC nous annonce abandonner son intention de s’étendre sur 8 Ha supplémentaires et de privatiser une grande prairie.

Le club s’engage à RENONCER à cette réserve foncière et à toute extension future sur cette parcelle.

De leur côté, les pouvoirs municipaux se sont engagés à “sanctuariser” cette terre agricole avec des statuts administratifs protecteurs et une implantation immédiate en AGROÉCOLOGIE.

“Les élus écologistes applaudissent cette décision et ne voient plus d’obstacle à la signature du permis de construire.” (ouest France 28/04).

Pourtant le permis de construire aura un impact réel à ne pas négliger.

A la Prévalaye sur le projet de 3,5ha d’extension qui serait maintenu 💥 seulement 0,5ha est consacré à un nouveau terrain de football !

Les 3ha sont des “équipements” annexes et secondaires (bande d’échauffement, petits terrains pour 10 personnes, petits terrains pour gardiens de but, places de parking et entrée chic) sans raison majeure qui justifierait leurs IMPACTS écologiques et sociaux.

  • > Nous refusons la destruction de ces 3ha, qui sont aujourd’hui occupés par des jardins familiaux depuis un demi-siècle au moins, par un jardin à défendre, par une activité d’horticulture historique, par une zone humide avec des nappes phréatiques de surface dans la partie sud de l’extension : l’eau et la terre sont des biens COMMUNS !
  • > Nous n’avons aucune garantie, aucun contrôle sur la préservation de cette zone humide, si le SRFC s’en empare ! Nous exigeons des études supplémentaires avant toute délibération du permis.

Alternatives à l’artificialisation !!!

L’espace concerné – riche habitat pour la biodiversité locale (étude écologique du cabinet Iaosenn) – a une vocation NOURRICIÈRE et SOCIALE. Plusieur·es jardinier·es se feront expulser, et se préparent déjà à déménager – ou à arrêter ! – leur potager.

Le reste de l’espace convoité est jusqu’à présent ouvert au public et participe à l’îlot de fraîcheur qui caractérise la Prévalaye.

Nous ne sommes pas en opposition au football, le sport et ses valeurs. C’est le modèle du football business et ses logiques de CROISSANCE qui ne sont pas tenables : ici avec des problèmes d’artificialisation, de perte de qualité des sols, de la gestion des terres déplacées qui a déjà été calamiteuse dans les années 80 à la Prévalaye et encore avec le dépôt de terres polluées issues des chantiers de la deuxième ligne de métro.

Aussi, les proches étangs de Lillion-Bougrières – anciennes carrières Lafarge, utilisées comme zone de captage d’eau potabilisable – sont un bon exemple des pollutions et des dangers que peut engendrer une exploitation à intérêts privés.

Et dimanche, Fête ta Prévalaye !




Source: Expansive.info