Les Simone fêtent leurs 4 ans au Chat perché, 29 rue Salomon Reinach, Lyon 7e !!

Buvette et repas végétarien, entrée avec adhésion prix libre au Chat Perché pour la soirée.

19h00 : Accueil au Chat – visite de l’atelier

19h30 – 20h30 : Projection du film sur la mécanique vélo en mixité choisie meufs et personnes trans (30 min), réalisé par Constance Brosse, suivie d’une discussion en présence de la réalisatrice et des Simone

21h-21h30 : surprise !

21h45 : Concert des Femmes aux Fourneaux : https://www.mixcloud.com/femmesauxfourneaux



Au fait, les ateliers vélos et le genre, c’est quoi le rapport ?

Il y a 4 ans en juin 2015 ouvrait la 1re permanence en mixité choisie pour faciliter l’accès de ces personnes à la mécanique vélo (à sa dimension manuelle comme à son savoir technique !), les encourager à pousser la porte de l’atelier (oui, certaines personnes n’osent pas), leur permettre de se faire confiance et d’aller au bout de leurs réparations par elles-mêmes, en prenant le temps qu’il leur faut, et de créer de la solidarité en partageant leurs savoir-faire. Les personnes viennent dans ces espaces pour des raisons diverses qui leur appartiennent.

Les Simone considèrent que la mécanique ne devrait pas être un domaine genré masculin, c’est une compétence qui s’acquiert. Mais, de fait, il suffit d’observer qui occupe majoritairement l’atelier pour constater qu’encore en 2019 la mécanique vélo est pratiquée en large partie par les hommes cis. Alors, il ne suffit pas de déclarer qu’un atelier est anti-sexiste pour qu’il le soit, encore faut-il mettre en place des actions réelles en ce sens. Depuis 4 ans, les Simone animent 2 permanences par mois ouvertes aux femmes et personnes trans (les Heures Félines) et parce que cela ne suffisait pas à former des bénévoles non-hommes cisgenre, les Simone ont aussi animé 4 formations de bénévoles (2 en 2017 et 2 en 2018).

Si on veut parler chiffres, depuis 2015, le nombre de femmes [1] dans le collectif de gestion de l’atelier est passé de 1 à 4 (sur 10 membres), et le nombre de bénévoles femmes a aussi largement augmenté, passant de 2 à une dizaine aujourd’hui. Mais évidemment, il y a aussi le qualitatif : les permanences et formations en mixité choisie ont largement contribué à ce que les personnes se sentent légitimes à l’atelier au même titre que les hommes cis, et ça c’est une vraie réussite !


Article publié le 18 Juin 2019 sur Rebellyon.info