Du 31 mars au 3 avril 2016, le festival Pico y pala revient avec au programme : des films bien sûr, des débats (en présence des réalisateurs et d’intervenants), des concerts (cumbia, chacarera, ska-rock), le tout dans des lieux insolites, et à prix libre !

JEUDI 31 MARS

Ni mortes ni figées, cultures en résistance

LAP – Lycée autogéré de Paris

393, rue de Vaugirard, Paris 15e, M°12 Convention

19h // Narheb (Nuestro territorio)

Sergio Sánchez, Comunidad Wounaan / Colombie / 2013 / 15’

Américo, son épouse Helena et leur famille de la communauté indigène Wounaan, déplacés en ville, préservent leurs traditions et leur vision du monde et résistent aux logiques imposées par la société occidentale en reconstituant un territoire à travers les chants, les danses, le dessin, l’art et la poésie.

La voix des Tatuyos

Louis Bidou et Norman Tahrat / France-Colombie / 2015 / 52’

Les Tatuyos forment une société amazonienne d’environ 300 personnes. Ils vivent le long de la rivière Pirá Paraná, en Colombie, une région très isolée, protégée et inaccessible aux visiteurs étrangers. Le documentaire raconte l’histoire d’un peuple qui s’organise pour conserver l’intégrité de son monde face à l’influence grandissante de la civilisation occidentale.

+ Discussion en présence des réalisateurs

VENDREDI 1 AVRIL

Violences d’état, en dictature comme en démocratie

Centre social auto-organisé L’ATTIÉKÉ

31 Bd Marcel Sembat, SAINT-DENIS, M°13 Saint-Denis

18h // Les escadrons de la mort, l’école française

Marie-Monique Robin / France / 2015 / 109’

Les méthodes contre-insurrectionnelles utilisées durant la guerre d’Algérie, dont les techniques de renseignements, l’usage généralisé de la torture et l’élimination massive des prisonniers, ont été enseignées en Amérique du Sud et aux États-Unis dès la fin des années 50 par des officiers français. Ce film est considéré aujourd’hui comme une pièce à conviction dans le processus judiciaire qui a permis l’arrestation et le procès d’anciens généraux de la dictature argentine.

20h // La Mala Reputacion, 2 años sin Luciano Arruga

Amenazas a 1 año de la Desaparición de L. Arruga (Menace 1 an après la disparition de L. A.) Colectivo de comunicación DOC SUR / Argentine / 2009- 2010 / 9’,9’

+ Discussion avec le collectif CALPA et d’anciens détenus-disparus argentins.

21h // Repas

22h00 // Concert Trio “Chacarera Groove” (Musique actuelle du folklore argentin)

Action poético-musicale contre les systèmes de contrôle politique et socio-économique

SAMEDI 2 AVRIL

Ni la terre ni les femmes ne sont des territoires à conquérir !

Maison des Femmes de Montreuil

28 rue de l’église, MONTREUIL, M°9 Mairie de Montreuil

10h30 // Clandestinas (Clandestines)

Andrea Aguilar, Ezequiel Altamirano / Argentine / 2013 / 31’

Le droit à l’avortement a fait partie des combats menés par Thérèse Clerc et les militantes qui ont fondé la Maison des Femmes de Montreuil. Ce droit, les femmes argentines, ne l’ont toujours pas. Le documentaire “Clandestinas” proclame la dépénalisation de l’avortement et le droit des femmes à disposer de leurs corps.

+ petit-déjeuner et discussion autour d’un maté avec des militantes féministes

Le Sans Plomb

9, rue Ernest Renan, IVRY, M°7 Mairie d’Ivry, RER C Ivry/Seine

12h // Atelier MIXTE CUISINE ! avec les Tabliers Volants

14h // La Batalla de las Cacerolas (La bataille des casseroles)

Carolina Corral y Itandehuy Castañeda / Mexique / 2015 / 10’

Ce court-métrage raconte l’histoire d’une bataille livrée par des grands-mères en résistance, des femmes tepoztecas luttant contre les méga-projets qui ont constamment menacé leurs communautés.

Las damas azules (Les femmes bleues) – sous réserve

Bérengère Sarrazin / Espagne-Pérou / 2015 / 63’

Le film montre la résistance des femmes organisées contre le projet Conga, une mine à ciel ouvert d’or et de cuivre située à Cajamarca, au Pérou, qui appartient à la compagnie Newmont Company. Le projet, soutenu par le gouvernement, a été stoppé par les mobilisations qui ont émergé en 2012, avec la figure de Máxima Acuña de Chaupe, aujourd’hui menacée par l’accusation d’ « usurpation de terre » de la part de la compagnie propriétaire de la mine Yanacocha.

+ Discussion 

16h30 // Pupila de Mujer, mirada de la tierra (Pupille de femme, regard de la terre) – sous réserve

Florence Copley et Moira Millán / Argentine / 2011 / 50’

Le film suit Moira Millán, militante mapuche des droits humains et membre des peuples originaires de Chubut. Elle raconte son combat pour vivre son identité et sa culture, en territoire mapuche : après avoir migré à Buenos Aires avec ses filles encore petites, elle décide de retourner dans sa communauté de Chubut avec ses filles et s’interroge sur la façon de maintenir une identité originaire dans l’Argentine d’aujourd’hui. Elle découvre en visitant des femmes d’autres peuples originaires d’Argentine des formes de préservation de la culture ancestrale qu’elle partage avec elles.

+ Discussion avec le collectif Tierra y libertad Wallmapu.

19h30 // Mujeres Creando : material audiovisual

Bolivie / 2013 / 13’

« Mujeres creando » est un collectif anarcho-féministe bolivien qui privilégie l’action directe et la création artistique comme moyens de revendication. A travers la réalisation de films, d’interventions urbaines, d’élaboration d’une pensée politique critique, d’aide aux femmes en situation précaire.

+ Discussion de fin de journée « Mouvements de femmes en Amérique latine »

20 h00 // Repas avec les Tabliers volants

21h 30 // CONCERT avec Aquelarre (cumbia féministe),
Los Gringos (Ska-rock franco-mexicain)

+ DJ cumbia.

DIMANCHE 3 AVRIL

Ne prenons plus les éoliennes pour des lanternes !

Ciné Avesso

1 rue des épinettes, SAINT-MAURICE

M° 8 – Charenton-écoles

15h // Istmeño, le vent de la Révolte

Alèssi dell Umbria / France-Mexique / 2015 / 120’

« Istmeño, le vent de la révolte” est un film documentaire sur les communautés indigènes bouleversées par l’industrialisation de parcs éoliens dans l’Isthme de Tehuantepec au Mexique. Sur place, les populations se mobilisent pour la défense de leur territoire, pour préserver leurs modes de vie. Au travers de la rencontre avec des personnages impliqués dans le conflit, pêcheurs, paysans, croquis d’une situation qui pointe les dérives des accords de Kyoto.

+ Discussion avec Alèssi dell’Umbria et un collectif de l’Aveyron qui viendra nous parler de l’opposition locale et nationale au super-transformateur de Saint Victor et Melvieu.

20h // Repas + Concert

PICO Y PALA, un collectif de diffusion du cinéma engagé argentin et latino-américain

/ un colectivo de difusion del cine militante argentino y latinoamericano en Francia
https://www.facebook.com/picoypala2015
http://picoypala.org/