Octobre 15, 2021
Par Demain Le Grand Soir
231 visites


Le 13 octobre 1909, l’armée espagnole abat la raison dans les douves du château de Montjuic à Barcelone. La raison prend la forme, dans ce cas, d’un homme de 50 ans, avec des cheveux gris qui sont déjà considérablement manquants dans la partie centrale de son crâne, une moustache abondante qui l’emporte sur une barbe soignée, des vêtements élégants sur lesquels on peut voir plusieurs trous, fraîchement percés par une volée de balles. Francisco Ferrer i Guardia, dans l’Espagne du début du XXe siècle, incarne la lumière qui perce les ténèbres. Ferrer écrivait des choses comme ceci : « Montrer aux enfants que tant qu’un homme dépendra d’un autre, des abus seront commis et qu’il y aura de la tyrannie et de l’esclavage, étudier les causes qui entretiennent l’ignorance populaire, connaître l’origine de toutes les pratiques routinières qui donnent vie au régime actuel peu solidaire, fixer la réflexion des élèves sur tout ce qui est en vue, tel doit être le programme des écoles rationalistes ». En Espagne, penser comme ça est un péché. Le mettre en pratique est un péché mortel.

La liberté inhabituelle des enfants

Né en 1859 dans une famille paysanne conservatrice de la région du Maresme, Ferrer commence à travailler à Barcelone à l’âge de 14 ans, où il poursuit son éducation autodidacte et commence à fréquenter des groupes maçonniques et républicains jusqu’en 1886, date à laquelle il s’exile à Paris après avoir soutenu un pronunciamiento, un coup d’État militaire raté. Au cours de la décennie suivante, tout en se consacrant la pensée anarchiste, il développe ses plans pour une éducation rationaliste. Ceux-ci deviennent une réalité en 1901 à Barcelone grâce à l’héritage qu’il reçoit d’un ancien élève. « l’École moderne », qui comptait une centaine d’élèves, est décrite par Ferrer i Guardia comme suit : « Les enfants auront une liberté inhabituelle, il y aura des exercices, des jeux et des récréations en plein air, l’accent sera mis sur l’équilibre avec le milieu naturel et l’environnement, sur l’hygiène personnelle et sociale, les examens et les récompenses et punitions disparaîtront. Un accent particulier sera mis sur l’éducation à l’hygiène et les soins de santé. Les élèves visiteront des lieux de travail – notamment les usines textiles de Sabadell – et effectueront des excursions exploratoires. L’écriture et le commentaire de ces expériences par les personnes concernées deviendront l’un des principaux thèmes d’apprentissage. Et cela sera étendu aux familles des élèves, à travers l’organisation de conférences et de causeries dominicales ».

La coéducation, la laïcité et l’esprit critique sont les principes de « l’École moderne », qui sont un anathème pour les patrons de l’éducation espagnole : l’Église catholique.

La coéducation, la laïcité et l’esprit critique sont les principes de « l’École moderne », et sont de véritables anathèmes pour les patrons de l’éducation espagnole : l’Église catholique. Ferrer deviendra une sorte d’antéchrist pour les secteurs conservateurs de Barcelone. De cette manière, l’école est devenue une cible à chaque fois qu’un conflit éclatait. En 1906, l’un de ses bibliothécaires, Mateo Morral, s’en prend à la famille royale de Madrid, ce qui entraîne l’emprisonnement temporaire de Ferrer et la fermeture de « l’École moderne. L’école n’a pas rouvert ses portes, mais Ferrer a continué à diriger un important mouvement de rénovation pédagogique, tant en Espagne qu’en Europe.

La guerre est arrivée à Barcelone

Au cours de l’été 1909, le soulèvement populaire contre la guerre au Maroc, connu sous le nom de Semaine tragique, a eu lieu. Après sa fin, cinq personnes ont été choisies comme boucs émissaires. L’un d’eux était Francisco Ferrer i Guardia, qui, malgré d’énormes manifestations européennes en faveur de sa libération, a été condamné à mort par un tribunal militaire à l’issue d’un procès arbitraire. La veille de son assassinat, le créateur de l’école moderne écrivait : « Je souhaite qu’en aucune occasion, ni proche ni lointaine, ni pour une raison ou une autre, des manifestations à caractère religieux ou politique ne soient organisées devant ma dépouille, car je considère que le temps passé à s’occuper des morts serait mieux employé à améliorer la condition dans laquelle vivent les vivants, car presque tous les hommes en ont grand besoin. Je souhaite aussi que mes amis parlent peu ou pas du tout de moi, car on crée des idoles quand on loue les hommes, ce qui est un grand mal pour l’avenir de l’humanité. Seuls les actes, quels qu’ils soient, doivent être étudiés, loués ou reprochés, en les louant pour qu’ils soient imités lorsqu’ils semblent contribuer au bien commun, ou en les critiquant pour qu’ils ne soient pas répétés s’ils sont considérés comme nuisibles au bien-être général ».

Le lendemain matin, Ferrer a été exécuté. Le message était clair : les enfants ne devaient pas penser ou remettre en question, mais continuer à obéir aveuglément aux prêtres, aux bourgeois et aux militaires. L’obscurité se répandait à nouveau sur l’Espagne.

Eduardo Pérez

El Salto, 13 octobre 2021

https://www.elsaltodiario.com

Traduction : Daniel Pinós




Source: Demainlegrandsoir.org