Le Groupe Michelin, entreprise souvent présentée comme sociale, décide de fermer une usine rentable qui emploie plus de 600 personnes. Que sont ces être humains face à l’appétit rapace d’actionnaires pressé.e.s ? Les drames humains consécutifs à la fermeture sont balayés par la multinationale. Le paternalisme a ses limites, celle du capitalisme financier, celle qui conduit à la recherche de profits à court terme et à une mise en concurrence des un.e.s contre les autres.

Hier, ce fut SKF (380 emplois en 2009) et Fagor-Brandt (446 salarié.e.s sur les sites de La Roche-sur-Yon et d’Aizenay), aujourd’hui Michelin (619 salarié.e.s à La Roche-sur-Yon, 74 à Cholet), avec un effet domino sur les entreprises sous-traitantes, les commerces et les services de proximité (écoles…).

Privé, public, arrêtons l’hémorragie ! Refusons la soumission à cette logique qui mène l’humanité à son impasse.

SOLIDAIRES se bat contre les licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices et qui ont pour conséquences d’accroître la désertification des régions.

Que vous connaissiez ou non quelqu’un.e qui y travaille, Solidaires Vendée vous appelle à soutenir les salarié.e.s de Michelin par toute manifestation qui sera annoncée.

Documents à télécharger

Article publié le 20 octobre 2019


Article publié le 20 Oct 2019 sur Solidaires.org