Avril 22, 2017
Par Rebellyon
308 visites


Si rien ne vous a échappé, dimanche 23 le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu. Féministes, soyons dans la rue pour dénoncer cette mascarade qui se fait encore une fois sur notre dos. Que ce soient contre les idées réactionnaires de Le Pen et Fillon qui remettent les droits des femmes et/ou des personnes LGBTI+ directement en cause et/ou contre le capitalisme crasse qui conduit à d’autant plus de précarité chez les femmes et/ou personnes LGBTI+, et d’autant plus les femmes et personnes LGBTI+ racisé-es, musulman-es, en situation de handicap…

Ça ne t’aura pas échappé, 2017 fait figure d’une véritable mascarade. On nous laisse le choix de la peste ou du choléra !

Marine Le Pen, femme candidate, est un fiasco social ! Elle prétend défendre les droits des femmes mais le programme du FN pour la présidentielle 2017, c’est 24 pages pour 144 propositions. Et le mot « femmes » n’est cité que deux fois. Le FN à toujours voté contre toutes les avancées féministes : le parti a refusé de voter la loi allongeant le délai de prescription des agressions sexuelles, ainsi que la résolution réaffirmant l’IVG comme un droit fondamental !

Elle se targue d’être la candidate des droits des femmes après avoir elle-même dénoncée les « IVG de confort », après avoir, au Parlement Européen, votée contre l’amendement allongeant le congé maternité et s’être prononcée contre le rapport sur la santé, les droits sexuels et génétiques et le rapport sur l’égalité femmes-hommes ! De plus, Le Pen a toujours voté CONTRE chaque législation qui visait à protéger davantage les femmes victimes de violences conjugales et à punir plus sévèrement les responsables. Dans son programme 2017 figure comme point central de supprimer les subventions aux associations politisées, dont les plannings familiaux (…). Car pour le FN “ce sont des associations politisées, qui véhiculent une banalisation aujourd’hui de l’avortement”.

Ainsi le FN instrumentalise les droits des femmes à des fins racistes et islamophobes. Quand l’extrême droite dénonce les violences faites aux femmes, c’est toujours sous l’angle « ethnique », afin d’incriminer les immigrés qui seraient les seuls auteurs de violences. Au point que des viols sont présentés par certains groupuscules non comme des actes de domination et de violence sexistes, mais comme des « crimes de racisme anti-blanches ». Ce discours sert à alimenter le racisme viscéral des extrêmes droites et le rejet radical de toute immigration.

Mettre en avant les positions du FN est important, pour ne pas oublier que Marine Le Pen, bien qu’étant une femme, n’est pas la candidate féministe qu’elle prétend être. Elle n’aurait jamais eu la place qu’elle a aujourd’hui dans son parti si son nom n’avait pas été Le Pen.

Cela dit, n’oublions pas les positions sexistes, homophobes, lesbophobes et transphobes de Fillon, proche de la manif pour tous, fermement opposé à la loi du mariage pour tous, à l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, qui promet aussi de s’attaquer à l’IVG.

De plus, la dynamique capitaliste dans laquelle s’insèrent les candidat-es pénalise d’autant plus les femmes et/ou personnes LGBTI+ et d’autant plus les femmes et les personnes LGBTI+ racisé-es et/ou sans papiers et/ou en situation de handicap et/ou musulman-es qui sont sous-payé-es, subissent des temps partiels imposés, des horaires décalés pour de nombreuses professions majoritairement occupées par des femmes, des doubles journées de travail (travail salarié et « domestique »)…

N’oublions pas que le féminisme est indissociable des luttes contres toutes les oppressions. Ne restons pas muet•te•s devant ses tentatives grossières de récupérer l’électorat des femmes à travers des rhétoriques islamophobes qui ciblent encore plus les femmes portant le voile.

Que le FN passe ou non au second tour organisons la riposte ! Féministes, rendez-vous dimanche 23 avril dans la rue, car la rue elle est à qui ? Elle est à nous !




Source: