Novembre 14, 2021
Par Le Monde Libertaire
299 visites


L’article ci-dessous avait Ă©tĂ© publiĂ© dans le ML n°1077 datĂ© du 27 mars au 2 avril 1997. Son titre Ă©tait « Faut pas charia Â» alors


Faut toujours pas charia !

photo licence CCO

Comme il fallait malheureusement s’y attendre, les talibans, ces « Ă©tudiants Â»-soldats islamiques, pour la plupart analphabĂštes, ont conquis les trois quarts de l’Afghanistan, y instaurant un ordre coranique des plus rĂ©trogrades, Ă  cĂŽtĂ© duquel le rĂ©gime iranien des ayatollahs fait figure d’ouvert et de libĂ©ral ! Des commandements tous plus imbĂ©ciles et odieux les uns que les autres rĂ©glementent la vie quotidienne des Afghans (et surtout des Afghanes) transformant la sociĂ©tĂ© en une gigantesque prison des corps et des esprits.

OK, il est question de l’Islam mais…

On pourrait nous reprocher, dans la dĂ©nonciation de ces mĂ©faits, de forcer le trait s’agissant des religions, nous arguant que ces talibans-lĂ  sont Ă  l’islam ce que les Khmers rouges Ă©taient au marxisme-lĂ©ninisme. N’est-ce pas plutĂŽt la preuve qu’une religion, quelle qu’elle soit, a une tendance prononcĂ©e, dĂšs qu’elle dĂ©tient tout le pouvoir, Ă  instaurer ses propres valeurs et uniquement celles-ci ? Et que dans ce cas, elle fait fi de la libertĂ© de conscience pour ne pas dire de toutes les libertĂ©s !
Qu’on ne nous accuse pas de charger la barque parce que, Ă  Kaboul, il s’agit de la religion musulmane. Nous sommes dans le mĂȘme esprit quant aux autres. À commencer par celle qui pollue chez nous, la secte du Vatican. Il ne faut surtout pas oublier que cette derniĂšre se dĂ©finit toujours comme apostolique et universelle, et que si les circonstances lui font adopter un profil bas, elle espĂšre des jours meilleurs. Tapis dans les sacristies, l’InfĂąme n’attend qu’une bonne occasion pour rĂ©tablir son hĂ©gĂ©monie sur la sociĂ©tĂ©.

Un ordre moral original

Toutes proportions gardĂ©es, ce que les talibans instaurent, ce n’est jamais que leur ordre moral Ă  eux. Et celui des autres religions n’est pas si fondamentalement diffĂ©rent, Ă  commencer par la place qu’elles rĂ©servent aux femmes… Quand on y regarde de plus prĂšs, les tentatives de retour de l’ordre moral ont les mĂȘmes prĂ©occupations, voilĂ  qui est curieux… Et la crise, la misĂšre, la peur du lendemain, les dĂ©tresses de tout ordre forment un terreau idĂ©al pour tous les religieux et autres sectateurs tout comme dix-huit ans de guerre ont favorisĂ© l’émergence des talibans.
Et encore une fois, qu’on ne s’y mĂ©prenne pas. DĂ©noncer la situation Ă©pouvantable que subissent les femmes et les hommes d’Afghanistan ne signifie pas montrer l’islam du doigt en particulier, cet islam qui serait supposĂ© plus retardĂ© que les autre religions qui, elles, auraient gommĂ© leurs excĂšs (et leurs mĂ©faits). Hors de question de passer en revue les mĂ©rites comparĂ©s des religions et de dĂ©cerner un satisfecit Ă  certains plus qu’à d’autres au regard d’une pseudo-modernitĂ©, sous prĂ©texte que le DalaĂŻ-lama est sur Internet et qu’il y a des curĂ©s en baskets ! Non, encore une fois, ce serait confondre la forme et le fond. Ce n’est pas parce que certains Ă©vĂȘques sont plus mondains que des ayatollahs, que la chemise de nuit orange du DalaĂŻ-lama est plus seyante que la soutane des curetons intĂ©gristes, qu’on met du strass et des paillettes, que ça change quoi que ce soit au fond ! Le fonds de commerce de toute religion demeure et demeurera l’obscurantisme ! Tout le reste n’est qu’apparence et poudre aux yeux, image de marque et marketing !

Éternel combat entre laïques libres et toutes les religions

Enfin, qu’on cesse de nous bassiner avec les subtiles diffĂ©rences entre fondamentalistes et intĂ©gristes, qu’on arrĂȘte avec l’islam, qui serait une religion de tolĂ©rance qui n’a rien Ă  voir avec les extrĂ©mistes, etc. En rĂ©alitĂ©, l’histoire ancienne et rĂ©cente nous le montre, il en est de la place, dans n’importe quelle sociĂ©tĂ©, de l’islam comme de celle des autres religions, et c’est bien lĂ  le sens de notre propos, ni plus ni moins que d’un rapport de forces Ă  instituer dans la sociĂ©tĂ©, entre les laĂŻques, libres penseurs, athĂ©es et autres tenants de la Raison contre le clĂ©ricalisme sous toutes ses formes. Suivant l’état des forces en prĂ©sence, la laĂŻcitĂ© gagne ou perd du terrain. En Afghanistan, il est certain que la laĂŻcitĂ© avait peu de chance, mais on peut espĂ©rer que les excĂšs des mollahs finiront par lasser les populations… Ce qui se passe Ă  Kaboul nous rappelle amĂšrement que le combat contre l’oppression religieuse est loin d’ĂȘtre terminĂ© dans le monde et qu’une vigilance de tous les instants est nĂ©cessaire ici mĂȘme parce que les tentatives pour restaurer l’ordre moral ne manquent pas, il suffit pour s’en convaincre de lire notre journal.

Ironie dont l’histoire a le secret, ce sont les Ă©tudiantes des grandes Ă©coles de Kaboul qui, les premiĂšres, avaient manifestĂ© contre le rĂ©gime communiste…

Éric G.




Source: Monde-libertaire.fr