Juillet 16, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
316 visites


FAUT-IL MOURIR POUR UN BOUT DE PAPIER ?

La Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers apportent leur soutien aux Sans-Papiers qui sont en grève de la faim à Bruxelles pour exiger une régularisation collective.

Plusieurs centaines de Sans-Papiers ont commencé cette grève le 23 mai et elle atteint désormais une phase critique après son 54ème jour. Mais le gouvernement belge reste sourd à cette révolte et cette détresse, se campant derrière une législation fermée où les régularisations restent l’exception. Les grévistes vivent dans ce pays depuis 10, 20 ou 30 ans malgré la précarité et le non-respect de leurs droits les plus fondamentaux. Pourtant la seule solution que propose le gouvernement à leur situation actuelle, c’est le retour au pays et l’abandon de tout ce qu’iels ont construit jusqu’alors.

La colère des Sans-Papiers a franchi un cap lors du premier confinement, quand beaucoup ont perdu leur travail et leur titre de séjour qui, en Belgique, est lié à l’emploi. Ils et elles ont mené la lutte depuis ce jour, gagnant en force et détermination avec le temps et le nombre et malgré le silence du gouvernement, jusqu’à occuper plusieurs bâtiments de Bruxelles et donc organiser une grève de la faim.

Les Sans-Papiers en France connaissent aussi une mobilisation sans précédent, en pleine crise sanitaire, depuis mai et juin 2020. Ils et elles sont sorti.e.s dans la rue par milliers alors que la pandémie et le confinement les avaient plongé.e.s dans une précarité encore plus grande. Iels et elles luttent  contre le racisme de l’État, contre l’exploitation, et ont revendiqué la  régularisation de toutes-s, la fermeture des CRA et un logement décent. Dès septembre, ils et elles ont marché des 4 coins de la France, traversé toutes les régions, pour se retrouver dans une grande manifestation de 60 000 personnes à Paris le 17 octobre. Cela a permis de rassembler et donner espoir à celleux qui luttent pour l’égalité des droits et de toucher bon nombre de gens solidaires à cette cause juste.

Plutôt que de garantir l’égalité des droits que nous sommes de plus en plus nombreux.ses à exiger, les  États français et belges, comme beaucoup d’autres en Europe, continuent à tuer chaque année des milliers de migrant.e.s dans la Méditerranée (1146 personnes sont mortes en Méditerranée pendant les mois de janvier, février et mars 2021) avec l’appui de l’agence Frontex et de leurs sous-traitants.

Nous appelons à la solidarité internationale avec nos sœurs et frères en Belgique déterminé.e.s à aller jusqu’au bout pour la régularisation de toutes et tous et nous appelons à démontrer cette solidarité dans la rue à Paris dès le 16 juillet en direction de l’ambassade de Belgique !

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.




Source: Solidaires.org