Juillet 21, 2016
Par Indymedia Bruxsel
77 visites


Le fasciste interprétera

Tout ce qu’il entendra

Tout ce qu’il verra

Tout ce qu’il lira

Dans une grille fasciste

Le stalinien interprétera

Tout ce qu’il entendra

Tout ce qu’il verra

Tout ce qu’il lira

Dans une grille stalinienne

Le gauchiste interprétera

Tout ce qu’il entendra

Tout ce qu’il verra

Tout ce qu’il lira

Dans une grille gauchiste

Tout fanatique religieux interprétera

Tout ce qu’il entendra

Tout ce qu’il verra

Tout ce qu’il lira

Dans une grille de fanatisme religieux

L’anarchiste interprétera

Tout ce qu’il entendra

Tout ce qu’il verra

Tout ce qu’il lira

Dans une grille anarchiste

Le capitaliste interprétera

Tout ce qu’il entendra

Tout ce qu’il verra

Tout ce qu’il lira

Dans une grille capitaliste

La bourgeoisie interprétera

Tout ce qu’elle entendra

Tout ce qu’elle verra

Tout ce qu’elle lira

Dans une grille bourgeoise

Le monde de l’interprétation

De l’interprétation du monde

Tous les conflits, toutes les guerres

De l’espèce humaine, comme principale façon de faire

Des mentalités, il faut une mutation révolutionnaire !

Mordu par l’argent

Le capital est comme un chien enragé

Faire du profit est sa seule idée

Cela est donc totalitaire

Cela est donc réactionnaire

Et bien au contraire

Si tout le monde pensait la même chose

Le monde sentirait la rose

Car c’est là, paradoxalement

La vraie diversité, c’est évident

Contre justement, la pensée formatée, unifiée, universellement

La pensée du capital

Le capital de la pensée

Ainsi, sans cette pensée réifiée

Plus aucune rivalité

Plus aucune inégalité

Tout le monde d’accord sur tout

Quant toute pensée est le tout

Du local au global

Du global au local

Et au fond

C’est bien cela, l’anarchie

Et au fond

C’est bien cela, la grande harmonie

Tout le reste est de la permanente barbarie

Comme quand nous osons appeler la vie

L’armée française en Syrie

Et donc, des représailles des fanatiques religieux

Qui du moindre bois font un feu

Et inévitablement, Nice comme un coup de vice

Mais que voulez-vous que l’on y fisse

Tant que la France ira en Irak ou en Syrie

Les attentats ne cesseront pas, c’est ainsi !

Et puis, le monde se militarise

L’armée recrute, l’armée mobilise

En France, dans chaque ville, l’armée s’affiche

Il faut bien défendre les riches

Le djihadisme alimente le fascisme

Le fascisme alimente le djihadisme

Et pour chaque pays

Le fanatisme religieux comme alibi

Et des flics partout

Et des militaires partout

Pour le bien de la population, bien sûr

En fait, seulement du capital, qu’on se rassure

Un contrôle de toutes les pensées

Par la radio, par les journaux télévisions

Et tout le journalisme policier

Sournoisement, retrait des acquis sociaux

En douce, donc, pour aussi imposer le faux

Le terrorisme a bon dos

Avec un discours logique complètement idiot

Pour lutter contre un fascisme

Rien ne vaudrait donc un autre fascisme

Ils et elles se régalent, les capitalistes

La part belle au chauvinisme

La part belle au nationalisme

Pour lutter contre le terrorisme

Rien ne vaudrait donc un autre terrorisme

Le terrorisme de la propagande médiatique

De l’oligarchie, tous les réseaux du fric

Tous les encéphales, il faut les programmer

Tous les cerveaux, il faut les militariser !

Il n’y a plus que le choix

Pour lui, eux, elles, toi, moi

De tel ou tel fascisme

De tel ou tel terrorisme

Du plus manifeste au plus subtil

Dans un monde de plus en plus imbécile

De quel fascisme êtes-vous ?

Pardon

De quel pays êtes-vous ?

Fantômas se déchaîne

Pardon

La réaction se déchaîne

Partout, elle déverse sa haine

Fascisme d’extrême gauche

Fascisme de gauche

Fascisme de droite

Fascisme d’extrême droite

L’embarras du choix

Le choix de l’embarras

Voilà bien un fait nouveau

Le fascisme se nourrissant d’un autre fascisme

Le fascisme versant dans l’électoralisme

Le fascisme plus fin, moins sot

Le fascisme faisant le beau

Le capital en a plein son magasin

Il vaut plus cher si c’est le plus malin

Tout au nom de la démocratie

Ce qui est tout bonnement une cynique plaisanterie

Car elle est directe ou n’est pas, la démocratie

Elle n’a qu’un nom, c’est l’anarchie !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l’invité sur ” hiway.fr “





Source: