Ce doctorant de l’Université de Hong Kong s’intéresse depuis longtemps aux questions sociales sur le continent. Il avait attiré l’attention des services de sécurité de l’État. Selon ses ami.es, il ne semblait pas inquiet d’être interrogé, mais il a ensuite été placé en détention.

En juin, Fang Ran ne s’est pas inquiété lorsque ses affaires, dont son téléphone, son ordinateur et sa carte d’identité, ont été confisqués par des agents de la sécurité d’État dans le sud de la Chine. Ce doctorant de 26 ans de l’Université de Hong Kong était membre du Parti communiste. Il avait souvent été « invité à prendre le thé », un euphémisme pour un interrogatoire informel par des agents des services de sécurité.

Les recherches de Fang sur le mouvement ouvrier en Chine l’avaient placé dans le collimateur des organismes de sécurité de sa ville natale de Nanning, dans la région autonome du Guangxi Zhuang. Selon deux de ses ami.es, il était habitué aux « interrogatoires en douceur », qui pouvaient durer jusqu’à un ou deux jours

Cette fois-ci n’avait pas semblé différente, a déclaré son ami Abner. Les agents de Nanning ont rendu à Fang sa carte d’identité et il a poursuivi ses recherches. Fin août, les agents ont dit à Fang de revenir à Nanning pour récupérer son ordinateur et son téléphone, a déclaré Abner qui a refusé de donner son vrai nom.

Tout a changé. Une semaine plus tard, le père de Fang a publié un appel désespéré sur les médias sociaux pour que son fils soit libéré. Il a déclaré que Fang avait été accusé, le 26 août, de subversion de l’État et placé sous une forme de détention appelée surveillance résidentielle. Depuis, personne n’a eu de nouvelles de lui.

A Hong Kong, sa détention a jeté un froid au sein de la communauté des défenseurs/euses des droits des salarié.es. Peu d’entre eux/elles étaient disposé.es à faire des commentaires, et beaucoup se demandaient comment un étudiant peut être accusé de vouloir renverser l’État.

Fang s’intéressait depuis longtemps aux questions sociales et politiques

- Lorsqu’il était lycéen à Nanning, Fang était à la tête de l’association« Lanceurs de satellites » de son école. Les membres de celle-ci devaient « être courageux, voulant changer la société et faire avancer l’histoire », et « développer leurs capacités à analyser et résoudre les problèmes sociaux », selon un message qu’il avait écrit sur la plateforme de médias sociaux Baidu Tieba lorsqu’il avait 16 ans.

L’association organisait des séminaires sur des questions sociales, publiait des essais dans son magazine et enquêtait sur des problèmes sociaux.

Son travail en tant que président de l’association lycéenne l’a aidé à entrer à l’université Tsinghua de Pékin, pour y étudier la sociologie, selon EOL.cn, un site Web consacré à l’éducation en Chine.

- Carl, un ami de l’époque où il était étudiant à Tsinghua, a déclaré que Fang avait rejoint le parti à la fin de son adolescence parce qu’il pensait que le parti se battait pour une société sans classes. « Il pensait peut-être que le Parti communiste chinois incarnait le combat pour l’égalité et la libération », a déclaré Carl, qui a refusé de donner son nom complet.

Alors qu’il était à Tsinghua, Fang est devenu l’un des fondateurs de « l’Association de recherche sur l’économie politique et le capitalisme moderne », un petit groupe étudiant de gauche tourné vers l’étude et le militantisme, auquel Carl avait également adhéré.

Fang et Carl avaient des vues similaires sur l’actualité et l’histoire. Ils pensaient que le marxisme pouvait être utilisé pour analyser l’histoire et les relations de pouvoir dans la société afin d’aider celles et ceux qu’ils considéraient comme des opprimé.es : les salarié.es et les minorités.

C’était une forme de marxisme qui n’était pas enseignée dans les manuels scolaires chinois, a déclaré Carl.

- Fang a ensuite travaillé comme stagiaire dans une ONG et des sites de médias sociaux axés sur les relations de travail.

En 2018, Fang est devenu doctorant à temps plein au département de sociologie de l’Université de Hong Kong, se concentrant sur « l’autonomisation des travailleurs/euses » en Chine continentale, dans le cadre de son parcours universitaire.

On ne sait pas quel est le sujet de sa thèsee. Mais, selon ses ami.es, ses recherches antérieures portaient sur les travailleurs migrants de la province du Hunan qui ont développé une pneumoconiose alors qu’ils travaillaient à Shenzhen. Fang a enregistré le récit de leurs vies, a vécu avec eux et a travaillé dans des usines de Shenzhen, Guangzhou et d’autres régions du sud de la Chine.

- « C’est un militant. Un vrai militant, passionné », explique Abner. “Il est tourné vers l’action et le but de sa recherche sur le travail était de faire bouger les choses. Et il l’a fait : il s’est impliqué dans certaines ONG et dans le weiquan [défense des droits].

« Ses recherches ne pourraient être qu’une raison indirecte [de sa détention], mais ces actions sont catégoriquement interdites par la sécurité de l’État. »

Carl a déclaré que, dans le passé, les agents de la sécurité d’Etat de Nanning gardaient un œil sur Fang, mais qu’il n’y avait pas de grande raison de s’inquiéter. « Les agents demandaient souvent à Fang ce qu’il pensait et ce qu’il avait vu à Hong Kong. Sans nommer personne en particulier, ils l’ont averti de se tenir à l’écart des partisans de l’indépendance de Hong Kong », a déclaré Carl.

Puis, la nouvelle de la détention de Fang est arrivée

Selon ses amis, un avis officiel d’arrestation a été remis au père de Fang, mais le South China Morning Post n’a pas pu vérifier ses affirmations de manière indépendante, le père ayant refusé d’être interviewé.

La surveillance résidentielle est une forme courante de détention où une personne est retenue dans un lieu secret, généralement sans accès à sa famille ou à un avocat, pendant une période pouvant aller jusqu’à six mois.

« J’ai été très choqué. Il n’a rien fait d’assez grave pour mériter d’être accusé de cette infraction. Je suis aussi assez bouleversé parce que Fang Ran est très sensible et un peu fragile. Je m’inquiète pour son moral », a déclaré Li Xing, un ami basé sur le continent.

Les trois directeurs de thèse de Fang, mentionnés sur le site de l’Université de Hong Kong n’ont pas répondu à une demande de commentaire. Dans une brève déclaration, l’université a dit qu’elle « était au courant de l’affaire et l’examinait activement ».

La sécurité publique de Nanning n’a pas pu être jointe pour commentaire.

Professeure Jenny Chan

Jenny Chan, est professeure adjointe de sociologie et d’études chinoises à l’Université polytechnique de Hong Kong. Suite à cette « disparition », elle estime que les risques politiques encourus sont devenus une réalité obsédante, pour les universitaires basé.es à Hong Kong étudiant les questions de travail en Chine.

Pour elle, cette arrestation « pousse à repenser des questions importantes, telles que la protection institutionnelle des chercheurs/euses travaillant sur le salariat, ainsi que les libertés académiques. Il serait en effet terrifiant qu’un.e de mes étudiant.es soit placé.e sous surveillance et enfermé.e au secret », a déclaré Jenny Chan.

« En tant qu’enseignante responsable, je suis tenue de garantir les droits et intérêts légitimes de mes étudiant.s dans le cadre de leur parcours universitaire. »

Les autorités de la Chine continentale n’ont cessé de s’en prendre aux militant.es des droits des salarié.es et à celles et ceux qui les soutiennent, y compris les étudiant.es de gauche favorables aux luttes populaires. La détention de Fang intervient également dans le sillage de l’imposition de la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong.

Jenny Chan, qui étudie la situation critique d’une nouvelle génération de travailleurs/euses migrant.es chinois.e et les mauvais traitements infligés aux étudiant.es stagiaires des écoles professionnelles en Chine continentale, a déclaré qu’avant la pandémie, elle pouvait encore effectuer un travail de terrain discret sur le continent.

Elle a également déclaré que les « groupes orientés vers les mouvements sociaux » et les chercheurs/euses en matière de travail pouvaient faire l’objet d’interrogatoires ou d’autres accusations mineures liées à des pétitions collectives, des assemblées de travailleurs, des allégations de troubles de l’ordre public ou d’infractions au code de la route.

“Mais de nos jours, les organisateurs de type syndical sont plus facilement ciblés pour atteinte à la sécurité nationale ou incitation à la subversion de l’État sur le continent.

Les dirigeants chinois sont très préoccupés par la croissance économique et la stabilité politique face à des défis nationaux et internationaux croissants« , a-t-elle déclaré. »Quiconque éduque les travailleurs/euses et leur donne les moyens de se protéger collectivement contre les abus en matière de travail en tant que groupe coordonné peut, à mon avis, être accusé à tort d’avoir « poussé » ou « stimulé » les salarié.es à agir.«  »Et maintenant, nous ne devons pas pas seulement penser aux questions de sécurité de des personnes que nous interviewons, mais également à la sécurité de nos chercheurs.”

En dehors de ses études, Fang est un chanteur de karaoké passionné et un fan de Jacky Cheung Hok-yau, l’un des rois de la musique populaire hongkongaise.

« Il me poussait toujours à sortir pour chanter avec lui. C’est incroyable – il est doux, mais quand il s’agit de chanter, sa voix est si pleine », dit Carl.

« Fang Ran aime parler et rire. Il est comme un enfant. Mais il parle franchement… Dès qu’il y a quelque chose qu’il n’aime pas, il la critique sans hésiter. Moi, plus que quiconque, je veux que Fang Ran souffre moins, pour qu’il puisse être comme avant sa détention », a déclaré Carl. « Certaines blessures ne peuvent pas être guéries rapidement. J’ai vu ce que certain.es ami.es sont devenu.es après avoir souffert. »




Source: Laboursolidarity.org