Septembre 26, 2021
Par Le Monde Libertaire
296 visites


Il est Ă©vident que pour limiter l’augmentation de la tempĂ©rature Ă  2 ° Ă  la fin du siĂšcle, si tant est que cela soit encore possible, ça va coĂ»ter. CĂ©komça ! Car continuer de produire toujours plus en faisant toujours plus de profit, en arrĂȘtant de piller les ressources naturelles des biens publics, de polluer l’environnement, de dĂ©truire la biodiversitĂ© et d’exploiter et d’opprimer prolĂ©taires et pauvres hĂšres, ça relĂšve de la quadrature du cercle. Et c’est pourquoi, contrairement Ă  nos politicards chĂ©ris (Ă©colos compris) et nos multinationales bien aimĂ©es, de plus en plus de gens, jeunes comme vieux, s’alarment de la lenteur de la soi-disant transition Ă©cologique dont on nous rabat pourtant les oreilles. Mais bon, soit ces manants sont des ignares, soit ce ne sont pas des Ă©conomistes.

La BCE (Banque centrale europĂ©enne), pas franchement un repĂšre de poĂštes ou un nid de gauchistes, dit cependant la mĂȘme chose dans son rapport du 22 septembre 2021, mais, c’est vrai, avec d’autres arguments. Qu’on en juge : « Les coĂ»ts Ă  court terme de la transition sont dĂ©risoires par rapport aux coĂ»ts d’un changement climatique non maĂźtrisĂ© Ă  moyen et long terme
 Le changement climatique reprĂ©sente une source majeure de risque systĂ©mique, en particulier pour les banques
 ».

Comment ça, il va nous falloir devoir choisir entre perdre de l’argent (disons en gagner moins) tout de suite et tout perdre (y compris la tĂȘte si les rĂ©volutionnaires s’en mĂȘlent) demain ? Mais il fallait le dire tout de suite !

Allo, Macron, vous ĂȘtes virĂ© ! Allo EELV, vous pouvez nous arranger ça ?

Jean-Marc Raynaud




Source: Monde-libertaire.fr