Septembre 26, 2021
Par Le Monde Libertaire
294 visites


Quand un migrant tente de franchir illĂ©galement une frontiĂšre et qu’il en est empĂȘchĂ© physiquement, il fait marche arriĂšre en attendant de pouvoir de nouveau tenter sa chance. Il en est ainsi depuis toujours.

DĂ©sormais, il n’est pas sĂ»r qu’il puisse en ĂȘtre toujours ainsi. Pourquoi ? Tout simplement parce que, pour pouvoir attendre une nouvelle occasion, il faut que le pays, dont vous n’ĂȘtes pas originaire mais qui vous avait accueilli, et sur lequel vous vous trouviez quand vous avez essayĂ© de franchir la frontiĂšre le sĂ©parant de son voisin, veuille bien vous accepter de nouveau. C’est gĂ©nĂ©ralement le cas. Mais, s’il ne veut pas, que se passe-t-il ? Et bĂ©, c’est simple. Vous vous retrouvez dans un No Man’s Land oĂč vous ne pouvez plus ni avancer, ni reculer. Et


Et c’est ainsi que fin septembre, 4 personnes sont mortes de froid, de faim
 dans le No Man’s Land entre la Pologne et la BiĂ©lorussie. La Pologne n’en voulait pas. La BiĂ©lorussie n’en voulait plus.

Bon, d’accord, la Pologne ne fait pas partie de l’Europe et la BiĂ©lorussie n’est pas un modĂšle de dĂ©mocratie. Mais cela justifie-t-il un tel silence chez les bonnes Ăąmes politiques et mĂ©diatiques de chez nous ? Ah, c’est vrai, il y a les prochaines Ă©lections et on ne peut pas tout faire !

Beurck !

Jean-Marc Raynaud




Source: Monde-libertaire.fr