Mars 22, 2020
Par Le Monde Libertaire
128 visites


Le virus a bien tenté de passer le pont, mais, nos gendarmes, malins, lui ont demandé de passer le test consistant à manger nos huîtres qui ne sont vérolées qu’après les périodes de grosses ventes. C’est-à-dire tout le temps. Par peur de s’empoisonner, il a donc fait demi tour.
Bref, on était tranquilou. Le confinement on connaît pendant 9 mois sur 12. Dans ma rue, deux habitants à l’année sur 300 maisons. Et puis ils sont arrivés. Les Parigots. Les vacances ou l’exode ? Et ils nous ont dévalisés notre petite supérette, volé nos journaux (ce matin à 9h plus aucun Canard Enchaîné disponible…) et ont affolé nos gendarmes d’ordinaire débonnaires.
Désormais, pour promener son chien, il faut une attestation sur l’honneur, datée, certifiant que l’on promène son chien. Vous n’avez pas d’attestation. Non, mais mon chien est là qui prouve que je le promène. Scrogneugneu, vous devez me montrer votre attestation, sinon, c’est une prune de 135 €. Ça ira pour cette fois, mais… Comment il s’appelle le toutou ? Bakounine. C’est bon, passez. Ah, excuse moi, je ne t’avais pas reconnu. À tout à l’heure, dans le chais d’Aubrière, pour un petit Pineau et quelques verres de blanc, entre Oléronais.

Le confinement va être terrible !




Source: Monde-libertaire.fr