On le sait, le coronamachin se manifeste par certains symptômes. De la fièvre, la perte du goût et de l’odorat, des difficultés respiratoires, des insuffisances respiratoires et, trop souvent, des détresses respiratoires mortelles.

On le sait également, il est des techniques policières d’immobilisation comme le placage ventral, le contrôle costal et dorsal, la clef d’étranglement…, qui, rarement employées à bon escient, et pour peu que les gens d’armes fassent du zèle, débouchent sur des détresses respiratoires mortelles.

Bref, les détresses respiratoires sont aujourd’hui en train de crever l’écran.

Bien qu’il m’en coûte, il convient néanmoins de préciser que la police est complètement innocente pour ce qu’il en est des détresses respiratoires liées au coronamachin. De même, n’en déplaise aux climato sceptiques de toute approche un tant soit peu scientifique ou rationnel des choses, le coronamachin est complètement innocent des détresses respiratoires occasionnées par la police.

Ça rassure !


Article publié le 20 Juin 2020 sur Monde-libertaire.fr