Avril 25, 2021
Par Le Monde Libertaire
198 visites


Dans un récent Faits d’hiver je constatais que la mort à brève échéance (suite à sa grève de la faim pour refus des autorités de lui prodiguer des soins médicaux urgentissimes) du prisonnier politique Alexéï Navalny, ne mobilisait ni les foules ni les « révolutionnaires ». Et, j’osais regretter l’époque où des millions de personnes manifestèrent partout dans le monde pour essayer d’arracher Sacco et Vanzetti à la mort.

On m’a rétorqué que Navalny étant un affreux nationaliste il n’y avait pas lieux de … et encore moins de faire la comparaison avec Sacco et Vanzetti. En clair, Navalny peut bien crever la gueule ouverte, on s’en branle ! Ah bon ! Mais depuis quand faut-il demander ses papiers à l’injustice pour la dénoncer ?

Mais, alors, qui étaient ces gens dont pas un sur 100 000 n’était anarchiste qui manifestèrent pour les anarchistes Sacco et Vanzetti, pour empêcher l’extradition vers la mort de l’anarchiste Durruti, et pour que l’anarchiste Louis Lecoin, en grève de la faim pour l’obtention d’un statut pour les objecteurs de conscience, ne meurt pas ? Peut-être de « simples » gens pour qui la révolte contre l’injustice n’était pas à géométrie variable ?

Lors de l’affaire Dreyfus, qui vit l’écrasante majorité des anarchistes prendre son parti, il en fut cependant quelques-uns qui, au motif qu’il était militaire, refusèrent de se mobiliser contre l’injustice dont il était victime.

Décidément, l’histoire bégaye. Et on voudra bien me pardonner de me sentir plus en affinité avec ce peuple humaniste qui n’a pas l’indignation à géométrie variable qu’avec certains hémiplégiques de l’intelligence politique.
Étonnant, non ?

Jean-Marc Raynaud




Source: Monde-libertaire.fr