Nous excusons notre retard pour ce Facs en lutte #1 de l’année 2019-20. En effet, cela fait aujourd’hui 1 mois que les mobilisations étudiantes ont commencé. Nous étions pris-e-s dans les urgences et n’avons malheureusement pas pu le sortir avant. Du coup, ce numéro tentera de revenir un peu sur toute la mobilisation depuis 1 mois et sera donc un peu long !
Bonne lecture, et n’hésitez pas à nous transférer les informations concernant la mobilisation sur votre université/école à l’adresse suivante : [email protected] !

Les débuts de la mobilisation contre la précarité étudiante et l’appel au 12 novembre

Nous sommes donc massivement mobilisé-e-s depuis le 8 novembre, date à laquelle notre ami et camarade s’est immolé devant le CROUS de l’Université Lyon II. (1) Suite à cet acte terrible, qui visait à mettre en lumière la précarité dont souffrent nombre d’étudiant-e-s en France, des mobilisations partout en France ont commencé à avoir lieu avant l’appel à une date de mobilisation nationale, le 12 novembre, lancé par notre Fédération et l’Union Syndicale Solidaires.
Cet appel a été massivement suivi : nous avons pu compter 44 appels à rassemblements, manifs et actions (RU gratuit, …) dans les Universités et devant les Crous dans toute la France ! (2)

A Lyon, 1500 personnes se sont rassemblé-e-s devant le CROUS dans la matinée pour dénoncer la précarité étudiante, à l’issue de laquelle une première opération RU gratuit a été organisée. (3) avant d’entamer un blocage de l’université. A Lille, les étudiant-e-s ont bloqué la fac de droit et empêché la conférence de François Hollande prévu le jour même à 14h30. (4) A Paris, ce sont environ un millier de personnes qui se sont rassemblées devant le CROUS de Port-Royal à 18h pour des prises de parole avant de prendre la direction du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche dont les grilles ont cédé face à la colère des manifestant-e-s. (5) C’est ce dernier évènement, ainsi que ceux de Lille, qui nous ont valu, Enfin !, une réaction de la Ministre Frédérique Vidal, qui a sorti un communiqué dans la soirée dénonçant la violence des étudiant-e-s (6) … en omettant de parler de la violence institutionnelle, de la précarité étudiante, des mesures pouvant être prises pour ne plus arriver à de tel drame, …

Par la suite, différentes actions se sont poursuivies notamment des RU gratuits. En bloquant les caisses des restaurants universitaires, les étudiant-e-s mobilisé-e-s visaient à la fois à dénoncer la précarité des étudiant-e-s et les prix trop élevés des CROUS mais également à permettre à toustes de se restaurer gratuitement ! C’est donc des RU gratuits à Bordeaux, Lille, Caen ou encore Lyon ; des occupations d’amphi ou d’université à Lyon, à Tours, Bordeaux, … Il faut noter que lors les opérations RU, si quelques tensions ont pu exister avec les responsables selon les endroits, les rapports avec le personnel ont toujours été très bons.

Le communiqué unitaire historique et l’appel au 26 novembre

Le lundi 18 novembre, une intersyndicale appelée par Solidaires Etudiant-e-s a réuni les 5 principales organisations étudiantes : l’Unef, la Fage, l’Alternative, la FSE et Solidaires Etudiant-e-s. Cette rencontre a donné lieu à la publication, le 20 novembre, d’un communiqué commun comprenant des revendications unitaires et un appel à une journée de mobilisation nationale le 26 novembre ! (7) Cette unité large est historique ! Il faut remonter aux mobilisations contre le CPE en 2006 pour trouver un équivalent !
https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fsolidairesetudiantes%2Fposts%2F3091686430847113&width=500

Là encore, cette journée de mobilisation a été fortement suivie en France. Ce sont les RU gratuits encore, mais aussi de nombreuses tables tenues, des conférences-débats, …. Bien sûr des AG ont eu lieu le 26, mais aussi avant et après dans des dizaines de facs en France, permettant de développer de plus en plus les revendications étudiantes spécifiques à la question de la précarité. En effet, la date de mobilisation nationale et de grève générale et illimitée contre la réforme des retraites est dans toutes les têtes, bien souvent les AG sont le lieu de discussions nombreuses autour de cette grosse mobilisation à venir.
Nous avons pu voir de grosses AG se tenir comme à Lyon où elle a rassemblée environ 600 personnes ou encore 300 pour celle de l’Université Paris 8 Saint-Denis.
Le jour même, à Bordeaux, le RU gratuit a permis de distribuer 150 repas et s’est suivi, le lendemain, d’une occupation d’amphi qui a duré plusieurs jours. A Montpellier, c’est 700 repas qui ont été servis lors du RU gratuit du 26 novembre.
A Paris, un rassemblement francilien s’est tenu à 18h sur l’Esplanade Pierre-Vidal Naquet (Université Paris 7 – Diderot) avec la présence d’environ 150 étudiant-e-s venu-e-s de toutes les facs d’Ile-de-France afin de venir écouter les différentes prises de parole et dénoncer encore et toujours la précarité étudiante !

Mais du coup … Les présidences de Fac dans tout ça, elles nous laissent faire voire nous encouragent ? Rien n’est moins sûr. La répression des mouvements étudiants en cours s’est faite sentir dans plusieurs facs de France. Nous ne citerons que 3 exemples !
A Lille, 5 étudiant-e-s se sont vu-e-s menacé-e-s de sanction suite à l’action CROUS gratuit et la police a été envoyée sur la fac le 6 décembre.
A Lyon, la police s’est invitée (ou plutôt, a été invitée …) à plusieurs reprises sur le campus de Lyon II : lors de blocages, de tentatives d’occupations ou encore d’envahissement du Conseil Académique. Cette pression policière a été telle que des enseignant-e-s de l’Université ont exercé leur droit de retrait. (8)
Enfin, à Paris, l’Université Paris 1 – Tolbiac a, comme souvent, été au centre de l’attention suite à la fermeture annoncée du campus dès le 3 décembre et jusqu’à nouvel ordre. (9) De plus, non contente de pratiquer le contrôle des cartes étudiantes depuis des mois, la Présidence a cette fois même fait appel à la police pour procéder à ces contrôles…

Le 5 décembre dans la rue … et après on continue !

Lancé notamment par l’Union Syndicale Solidaires, (10) l’appel à une grève générale et illimitée commençant le 5 a été largement suivi dans de nombreux secteurs. C’est plus d’1 million de personnes qui se sont retrouvées dans les rues ce 5 décembre malgré une répression massive (et malheureusement devenue habituelle).
Dans les facs aussi, les étudiant-e-s, enseignant-e-s et BIATSS se sont organisé-e-s collectivement afin de mener à bien cette mobilisation historique !
De nombreuses AG, souvent rassemblant étudiant-e-s et personnels des universités ont eu lieu en amont du 5 décembre : à Marseille, Lille, Paris, Bordeaux, Saint-Denis, Lyon, … Parfois, ces AG ont mené a des blocages et occupations le 4 au soir ou le 5 dans la journée comme à l’EHESS (Paris), à l’IEP de Bordeaux, à la fac de Bordeaux II Victoire ou encore à l’Université Lyon II !
De nombreuses facs ont aussi vu se dérouler des départs communs vers les lieux des manifestations interpro avec la constitution parfois d’un cortège étudiant-e-s/jeunes mobilisé-e-s. A l’Université d’Aix-Marseille, le cortège jeune a rassemblé près de 1000 personnes ce 5 décembre. A La Rochelle également, un cortège étudiant s’est constitué durant la manif. A Lyon, le cortège étudiant à rassemblé au moins 500 personnes…

Et ce n’est pas fini !

Beaucoup d’étudiant-e-s ont également participé à des manifestations le 6 ou encore le 7 décembre ! (11) Et des AG sont prévues ce lundi 9 dans de très nombreuses facs : Paris 8 Saint-Denis, Lyon II, ENS Lyon, IEP de Lille,…
De plus, n’oubliez pas, l’intersyndicale a appelé à une journée nationale de mobilisation mardi 10 décembre, nous vous attendons nombreuses-eux dans le maximum de villes en France !!
https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FUSolidaires%2Fposts%2F10157993412323552&width=500

Par ici pour la Carte des facs en lutte !


Article publié le 09 Déc 2019 sur Solidaires-etudiant-e-s.org