Octobre 27, 2021
Par Union Communiste Libertaire (UCL)
331 visites


Depuis une semaine, les attaques racistes sur les réseaux sociaux et dans les médias se multiplient à l’encontre d’Anasse Kazib, cheminot militant à Révolution Permanente et candidat à la présidentielle pour 2022.

Organisation révolutionnaire qui s’assume, Révolution permanente a choisi lors du premier meeting de campagne d’Anasse Kazib de ne sortir que des drapeaux rouges et pas de drapeau bleu-blanc-rouge. Les attaques racistes contre Anasse Kazib qui ont suivi ont redoublé quand, invité le vendredi 22 octobre dans l’émission Touche pas à mon poste, le militant a affronté à l’antenne une offensive réactionnaire de la part des différent·es animateur·ices et du présentateur de l’émission. Quoi de plus étonnant venant de la part de l’émission phare de C8, appartenant au groupe Bolloré qui s’est illustré depuis des années par une droitisation extrême sur ses différents médias.

Ces attaques ne sont pas nouvelles. Cela fait des années qu’Anasse Kazib, au même titre que l’ensemble des militant·es du mouvement social, est victime d’une propagande ordurière venant de la part de la droite et de l’extrême droite. Néanmoins, ces attaques ont pris une ampleur d’autant plus importante plus inquiétante depuis que ce dernier est candidat à la présidentielle et occupe un espace médiatique accru. Racisme, islamophobie et mépris de classe sont devenus le quotidien pour ce camarade, recevant menaces de morts et de déportations sur les réseaux sociaux.

L’extrême-droitisation de la société et du débat politique permet de banaliser des attaques qui s’amplifient toujours plus à l’encontre de l’ensemble des exploité·es qui luttent pour leur survie dans un contexte de pandémie mondiale. Il est inadmissible qu’un camarade ait à subir un tel déchaînement médiatique haineux quand la porte parole de Génération Identitaire, Thaïs d’Escufon, se voit offrir un blanc seing pour vomir sa rhétorique fasciste à heure de grande écoute sur Planète+, autre propriété de Bolloré. Cela d’autant plus quand, à toutes heures, les thèses réactionnaires et complotistes du « grand remplacement », de « l’islamogauchisme » et « de la terreur du wokisme » sont relayées dans les médias et par l’ensemble de la classe politique jusqu’aux plus hautes sphères de l’État.

Anasse Kazib est attaqué pour ce qu’il représente, à savoir un militant ouvrier, de parents marocains et issu des quartiers populaires. Nous tenons à affirmer notre solidarité avec lui et avec l’ensemble des militant·es qui se mobilisent contre le fascisme et pour le progrès social. Nous resterons solidaires avec l’ensemble des militant·es du mouvement social en proie à la répression et aux attaques sans cesse répétées de la bourgeoisie et de ses supplétifs d’extrême droite.

Union communiste libertaire, le 24 octobre 2021.




Source: Unioncommunistelibertaire.org