Juin 15, 2021
Par Brest Media Libre
242 visites


La manifestation contre l’extrême droite et pour défendre nos libertés devait être un grand rassemblement populaire ce samedi 12 juin 2021 à Brest… Des partis politiques et syndicats appelaient à y participer. Ces derniers devaient se mettre en retrait afin de rassembler large sans mettre d’étiquettes trop en avant…

Pourtant, lors des prises de parole, les organisations syndicales assurèrent leur auto-promotion comme organisatrices par qui « tout devait passer » et refusèrent la parole à celles et ceux qui désiraient la prendre de manière impromptue. VISA29 (Vigilance & Initiatives Syndicales Antifascistes) qui réunit des organisations syndicales souhaitant lutter collectivement contre l’implantation et l’audience de l’extrême droite dans le monde du travail était à l’origine de l’organisation de la manifestation. La CNT interpro-Brest en faisait partie également et participa à l’organisation de cette manifestation. Elle ne fût pourtant même pas citée parmi les syndicats organisateurs à Brest ce jour-là lors des prises de parole. Lorsqu’il fût demandé pourquoi à Olivier Cuzon, co-secrétaire de Solidaires 29 (en 2017 en tous cas, difficile de trouver l’organigramme du syndicat…) et prenant systématiquement la parole pour son syndicat lors des manifestations et rassemblements, la réponse fût : « La CGT veut pas entendre parler de vous. ».

Est-ce également pour cela qu’il s’était mis à lire tout seul un texte collectif signé par Solidaires, la CNT, Gilets Jaunes Brest, Youth For Climate Brest, Citoyens Pour le Climat Brest, L’Alternative UBO le 1er mai 2019 sur les marches de la mairie, alors que des membres de ces collectifs manifestaient ostentatoirement la volonté de participer à cette lecture ? Est-ce pour cela également qu’un jour avant le 1er mai 2021, la prise de parole de la CNT, Gilets Jaunes Brest, Brest La liste citoyenne et Youth For Cimate Brest, ainsi que celle de Quartz Occupé avait été annulée par l’Union départementale et l’Union Locale CGT ? Pour ne pas déplaire à la CGT locale qui redoute avant tout une chose, c’est le « hors cadre » de voi(es)x concurrentes qui lui feraient perdre en hégémonie à la tête de l’intersyndicale qu’elle pilote fermement et sa place centrale de contrôle du mouvement social ? D’où le dénigrement systématique des Gilets Jaunes également de la part de la CGT et de son secrétaire d’Union Locale Olivier Le Pichon ?

Peut-être la CGT a t-elle effectivement, comme lors du 1er mai 2021, déclaré à la sous-préfecture cette manifestation ?… Mais cela ne doit pas lui faire croire que ce mouvement populaire qui s’est formé ce samedi 12 juin 2021 à Brest lui est affidé. Aucune organisation ne doit tenter toute récupération de ce mouvement encore naissant. Au contraire, il doit se faire le plus large possible sans quelconques étiquettes afin qu’il puisse rassembler le plus large possible et ainsi se développer pleinement sans se scléroser du fait des bureaucraties syndicales ou appareils de partis.

Nous regrettons donc le manque de toute forme de spontanéité de la part de ces organisations, à contrario d’une partie du cortège qui voulut partir en manif sauvage lors de cette manifestation du 12 juin 2021 et ainsi suivre un parcours imprévu… Les syndicats (hors CNT) ne l’entendaient pas de cette oreille : il fallait rejoindre ce qui était prévu, l’inoffensif cortège plan plan, « un petit tour et puis s’en va » pour arriver à temps au barbeuc de la cégète, ou quelque réjouissance dans le genre ! Le cortège se scinda donc en 2 et les récalcitrants au parcours officiel se virent donc empêchés par la police de suivre LEUR parcours qu’ils avaient décidé collectivement, plus ou moins spontanément…

Ce manque de solidarité de la part de la CGT et autres syndicats qui marchent au pas dans sa roue ne peut qu’affaiblir ces cortèges spontanés et autonomes. Elle risque ainsi de contribuer à les livrer à la répression policière puis judiciaire !…

Car oui, nous voulons bien autre chose !… Nous voulons que ça déborde !

Et si nous croyons à l’organisation et coordination, ce n’est pas pour s’accaparer et diriger le mouvement social, mais bien pour être débordés par les masses dans une perspective de changer de fond en comble l’organisation économique et politique de notre société, de reprendre le pouvoir sur le travail, sur la propriété en une démocratie directe économique et politique !…

Si nous avons conscience qu’« on en est pas encore là », du moins nous souhaitons que cela advienne… Si un tel mouvement d’envergure se faisait enfin jour, nous pourrons, comme n’importe quel individu ou groupe constitué, apporter notre pierre à l’édifice, modestement proposer notre aide afin de contribuer à faire vivre et à organiser le mouvement social et espérons le, écologiste.

Les temps sont durs… L’extrême droite pullule sur les plateaux de télévision, le Rassemblement National se rapproche du pouvoir politique d’État, la police est en roue libre et les lois autoritaires, sécuritaires voire racistes se multiplient… Alors plus que jamais, face à l’extrême droite et ses idées nauséabondes : riposte populaire !

ASSUMONSNOUS COMME FORCE DE PROPOSITION POUR CONSTRUIRE UN BLOC AUTONOME DES PARTIS POLITIQUES ET DES BUREAUCRATIES SYNDICALES, POUR UN CHANGEMENT DEGIME !




Source: Brest.mediaslibres.org