Il y a quelques semaines, des individus souhaitant conserver l’anonymat nous ont fait part de la présence d’affiches du groupe Atalante à Saguenay. Ils et elles nous ont également envoyé quelques  photos  des affiches après avoir été soigneusement arrachées.

Des affiches plus visibles sur Facebook que dans la rue


Atalante, un groupuscule néo-fasciste de la ville de Québec essaierait d’implanter une succursale à Saguenay… Du moins, c’est ce que cette bande de skinheads néo-nazis du quartier Sainte-Foy  essaie de nous faire croire. Car jusqu’à ce jour, l’activité d’Atalante au Saguenay se résume à un dude dans la vingtaine et son chum de gars qui se prennent en photo après avoir apposé en pleine nuit quelques affiches dans un stationnement à étages lugubre de Chicoutimi. On conviendra que ces individus n’ont pas besoin d’être bien organisé ou encore de demeurer dans l’arrondissement  pour réaliser ce bien mince exploit. Cette opération de marketing est réalisée dans le seul objectif de montrer les ambitions pan-québécoises de ces admirateurs et admiratrices d’Adolphe et de recueillir, grâce à un message passablement flou, des likes sur les médias sociaux des mononcles et des matantes  blanc.he.s, conservateur.trice.s , xénophobes et apeuré.e.s.



 « Nous sommes tous et toutes des enfants d’immigrés! » 


Avec leurs affiches et leurs bannières en papier prônant la « remigration » ou contre le « grand remplacement », les néo-fascistes d’Atalante essaient d’importer au Québec des notions qui font partie intégrante du projet idéologique de la mouvance identitaire en Europe et qui ont été  popularisées par Éric Zemmour en France (grand ami de Mathieu Bock-côté).
Ce projet raciste vise à un déplacement de populations entières et un retour forcé d’immigrés dans leurs pays d’origine. Bref, une nouvelle façon d’appeler à un nettoyage ethnique. Mais c’est du pur délire. Il faut combien de générations afin d’être considéré comme des natifs? Ils veulent vraiment vider la petite Italie à Montréal? Renvoyer les réfugiés vietnamiens et leurs descendants en Asie? Ou encore les descendants d’esclaves amenés en Nouvelle-France en provenance de l’Afrique? Rendu là, on devrait peut-être tout simplement envoyer tous les descendants de colons français et anglais en Europe et rendre les terres spoliées aux Premières Nations.
Évidemment, le groupe néofasciste Atalante ne vise pas à rendre l’Île de la Tortue (1) aux peuples autochtones. Le concept raciste de «remigration» vise des groupes spécifiques (hors de l’Occident chrétien), dont tout particulièrement les musulmans et musulmanes.
Les ignorer ne fait pas partie de la solution….
« Ils ont été bien peu nombreux à considérer avec sérieux la petite bande de suiveurs derrière Mussolini et Hitler quand ils ont entamé leur ascension. » (p.254)- Mark Bray
Pour ceux et celles qui affirment que les antifascistes prêtent trop d’attention, voire qu’on leur donne même de la visibilité, nous leur recommandons la lecture du livre L’antifascisme : son passé, son présent et son avenir de l’historien et professeur au Dartmouth College, Mark Bray.  « À court terme , faire taire les fascistes peut leur apporter plus d’attention, mais à long terme ils n’en tirent plus aucun bénéfice. Le spectacle des fascistes qu’on fait taire, comme tous les spectacles médiatiques, s’affadit quand il se répète. La première fois, les médias en raffolent; à la cinquantième, ils s’en lassent.»  (p.258)  souligne l’auteur.
Pour en savoir plus sur ce livre vous pouvez consulter le texte: Suggestion de lecture pour les fans de Richard Martineau...
Il demeure aisé pour une personne issue de la majorité blanche, hétérosexuelle et catholique d’ignorer ce phénomène. Mais, il en est tout autrement lorsqu’une personne fait partie de ces minorités religieuses, sexuelles ou racisées qui sont menacées dans leur intégrité physique et morale par l’extrême-droite. DÉMASQUER ATALANTE   (Montréal-Antifasciste.info)
 « Plus jamais ça! »
Il ne faut pas attendre que de nouvelles chemises brunes paradent aux flambeaux dans les rues des villes du Québec pour commencer à nous préoccuper des organisations fascisantes et néo-fascistes. C’est maintenant que nous devons agir, avant que la haine et la peur s’organisent et prennent racine durablement.
«¡No pasarán! »
(1) L’Île de la Tortue est le nom qu’utilisent de nombreux peuples de langues algonquiennes situés principalement dans la région nord-est de l’Amérique du Nord lorsqu’ils font référence au continent.

Article publié le 18 Oct 2019 sur Ucl-saguenay.blogspot.com