Le mardi 22 septembre un nouveau jugement en rĂ©fĂ©rĂ© au Tribunal Administratif de Lyon a eu lieu. MĂȘme s’il existe peu d’élĂ©ments, la Mairie de Saint-Étienne fait valoir un projet de logement avec commerce en rez-de-chaussĂ©e portĂ©e par Inovy, une sociĂ©tĂ© de portage de projet. Le tribunal a rendu sa dĂ©cision ce jeudi 24 septembre avec l’ordre de quitter les lieux et possibilitĂ© d’expulsion immĂ©diate par la police. Les habitant·es sont, Ă  partir d’aujourd’hui, en risque permanent d’ĂȘtre jeté·es Ă  la rue sans solution d’hĂ©bergement.

Une quarantaine de personnes vivent actuellement dans le squat dont des enfants scolarisĂ©s, des personnes Ă  la santĂ© fragile et des personnes en cours de formations. Une majoritĂ© sont en procĂ©dure de demande d’asile. Le Maire de Saint-Étienne et son Ă©quipe, en rĂ©ponse aux questions au conseil municipal du 21/09/2020 , se dĂ©faussent encore et toujours de leurs responsabilitĂ©s sur le dos de l’Etat et assument totalement de jeter Ă  la rue les habitant.es de La Poste de Solaure.

À l’heure oĂč le gouvernement annonce que la Loire passe en zone d’alerte renforcĂ©e et l’hĂŽpital en plan blanc pour la Covid-19, il serait aberrant et inconscient de jeter Ă  la rue les habitant.es de La Poste alors que des mesures sanitaires plus restrictives viennent d’ĂȘtre appliquĂ©es. Le danger est d’exposer les habitant·es du squat et la population de la ville de St-Etienne Ă  des risques pandĂ©miques et donc risquer de nuire Ă  la santĂ© de toutes et tous. De plus les prĂ©visions mĂ©tĂ©o se dĂ©gradent dans les jours Ă  venir avec des nuits annoncĂ©es autour des 4 degrĂ©s et des prĂ©cipitations.

Nous rappelons que Saint-Étienne regorge de bĂątiments vides et utilisables immĂ©diatement, dans le public comme dans le privĂ©. Il est du devoir de la prĂ©fecture de rĂ©quisitionner ces bĂątiments pour des mises Ă  l’abri. La Croix Rouge et la sĂ©curitĂ© civile doivent ĂȘtre mobilisĂ©es en complĂ©ment de la mise Ă  disposition de solutions d’hĂ©bergements.

Dans un article paru sur France Bleue le 24 aoĂ»t, la nouvelle prĂ©fĂšte de la Loire, Catherine SEGUIN, annonçait que les 3 axes prioritaires de son action seraient le terrain, le contact et le dialogue. Les collectifs et associations de solidaritĂ© sont donc prĂȘt·es Ă  participer Ă  la construction de solutions.

À ce jour, le 24/09/2020, une demande de rencontre au plus vite a Ă©tĂ© faite Ă  la prĂ©fecture de la Loire afin d’aborder, dans un dialogue constructif, la mise en place de solutions prĂ©alables Ă  la dĂ©cision de quitter les lieux par les actuel·les occupant·es.

CotĂ© citoyen·es, nous appelons Ă  une mobilisation forte face Ă  cette dĂ©cision :

- une prĂ©sence sur place dĂšs maintenant et pour les jours Ă  venir en cas d’expulsion,

- toutes formes d’aides sont bienvenues (logistiques afin de dĂ©placer les affaires personnelles, mise Ă  l’abri de personnes, aide sur les dĂ©marches administratives et de soins, etc),

- organiser des actions pour que ces personnes ne soient pas oubliĂ©es et soient soutenues .

TENEZ VOUS PRÊT·E A RÉAGIR EN CAS D’EXPULSION

Une permanence sera tenue sur place 24/24 nous sommes Ă  la recherche d’hĂ©bergements pour les personnes les plus fragiles.

FAITES TOURNER !

Collectif des solidaires et voisin·es de Solaure, Collectif des occupant·es de la bourse du travail,

Nous contacter :

facebook : Collectif des occupant-e-s de la Bourse

solidaires-solaure[at]protonmail.com

tĂ©l : 07.53.51.22.24

Signataires :

Collectif « Pour que personne ne dorme Ă  la rue Â», Groupe local La Cimade Saint-Étienne, EmmaĂŒs, Ligue des Droits de l’Homme Saint-Étienne,


Article publié le 25 Sep 2020 sur Lenumerozero.info