FĂ©vrier 10, 2021
Par Marseille Infos Autonomes
121 visites


La porte a été brisée au bélier et la police est entrée dans le bùtiment.









DĂ©jĂ  en temps “normal”, jeter les gens Ă  la rue est une horreur, mais en ces temps de couvre-feu et de pandĂ©mie, cette expulsion pousse des familles dans une dĂ©tresse encore plus grande.

Hier, un rassemblement de soutien contre les expulsions avait justement eu lieu Ă  cet endroit, avec un communiquĂ© des habitant-e-s :

Nous sommes une 30aines de personnes Ă  vivre dans ce bĂątiment dont 11 enfants et bĂ©bĂ©s. Certaines sont arrivĂ©s en Mars, d’autres Ă  partir de septembre. Nous n’avons pas eu d’autres choix que d’occuper ces appartements vides. Nous voulons louer notre propre appartement mais sans les papiers nous ne pouvons pas travailler et c’est impossible de louer un logement. On peut appeler le 115 plein de fois, mais il n’y a jamais de place, ou alors c’est que pour quelques jours et aprĂšs on doit retourner dehors. Quelles solutions on a ? Comment faire pour protĂ©ger nos enfants ? Nous avons trĂšs peur d’ĂȘtre expulsĂ©.e.s de chez nous, nous avons trouvĂ© un refuge ici, nous nous sentons en sĂ©curitĂ©, nos enfants peuvent aller Ă  l’école et ont un endroit oĂč faire leurs devoirs. Nous n’avons nul part oĂč aller ! S’il vous plaĂźt ne nous expulsez pas !

Un toit pour tous et toutes, rĂ©quisition des logements vides !




Source: Mars-infos.org