Novembre 17, 2021
Par Cerveaux Non Disponibles
315 visites


Voici une lettre d’un GJ que nous avons reçue hier en messagerie et que nous avons décidé de vous relayer à l’occasion des 3 ans du mouvement

Trois ans.. Si loin, si proche.
Quand je repense aux premiers actes GJ, des frissons me prennent. Ce fut l’un des moments les plus forts de ma vie. Des souvenirs dingues. Des rencontres. Et l’espoir ! Pendant plusieurs semaines, tout nous semblait possible. Changer la société, changer nos vies.

Mais j’ai aussi d’énormes regrets et un vrai sentiment de gâchis : je m’en veux de ne pas avoir été assez loin, de ne pas avoir pris plus de “risques” lors des actes où cela aurait pu basculer.

Quand je pense aux milliers de GJ qui ont été blessés ou qui ont fait de la prison, je me dis que je n’ai pas été à la hauteur. Que j’aurais du engager mon corps et ma vie encore plus.

J’étais présent dès le premier acte. J’ai participé à plus de 100 rassemblements GJ en trois ans. J’ai monté des barricades, j’en ai enflammé. J’ai été en première ligne. J’ai participé à des manif sauvages extrêmement déterminées, à des envahissements de lieux (publics et privés), à des occupations. A plusieurs moments, j’aurais pu être interpellé, condamné et/ou blessé. On pourrait donc considéré que “j’ai fait ma part”.

Mais non, à y réfléchir, je n’ai pas fait tout ce que j’aurais pu. Et je le regrette. Et je m’en excuse auprès des milliers de GJ qui eux, sont allés au bout de leur rêve, et l’ont payé au prix fort.

Car aujourd’hui, quand je vois l’état de notre société, comment Macron et sa police ont réussi à écraser l’espoir d’une révolution populaire, et que seules les pulsions réactionnaires semblent encore audibles, je me dit une chose : s’il avait fallu que je fasse quelques mois de prison ou que je sois blessé pour que l’issue du mouvement débouche sur un renversement du système, je l’aurais fait. Sans hésiter.

Évidemment, je n’ai pas la prétention de penser que mes actes auraient changé le cours de l’histoire. Sauf qu’on sait que plus de 4 000 Gilets Jaunes ont été blessés et plus de 3 200 condamnés. On peut donc estimer que près de 10 000 citoyens ont payé, d’une façon ou d’une autre, le prix de cette révolte. 10 000. C’est énorme. Mais on sait aussi qu’on était au moins cinq à dix fois plus à être prêts à presque tout pour voir le mouvement aboutir à la chute du régime et du système. Or, si dans ces 30 000 à 50 000 Gilets Jaunes déters, qui ont eu la chance de ne pas subir les conséquences de la répression, nous avions été 10 000 de plus à pousser d’un cran notre engagement, et ce dans les actes les plus insurrectionnels, alors oui je pense que l’issue aurait pu être différente.

On ne vit pas avec des regrets.
Mais je tenais à profiter de ce troisième anniversaire du plus beau mouvement populaire que j’ai connu de ma vie pour remercier ceux qui y ont participé, qui s’y sont engagés, corps et âme. Les remercier, et m’excuser de ne pas avoir été aussi loin que ce que j’aurais finalement voulu, et pu faire.




Source: Cerveauxnondisponibles.net