Avril 2, 2022
Par Nantes Révoltée
257 visites

À une semaine du scrutin présidentiel, rappelons le pedigree du champion du parti écologiste.


Yannick Jadot est un candidat qui adore la police au point de manifester aux côtés de l’extrême droite la plus radicale le 19 mai 2021. Par contre, il déteste les Gilets Jaunes contre qui il n’a pas arrêté de déverser des calomnies, et d’appeler sans relâche à l’arrêt du mouvement. Il n’a évidemment pas eu un mot pour les mutilé-es et les blessé-es par les forces de l’ordre.

C’est normal, Yannick Jadot est un ami des patrons, le MEDEF le trouve formidable. Le candidat ne cache pas son désir de «capitalisme vert». Yannick Jadot reprend les thématiques islamophobes, et n’hésite pas à parler de «séparatisme islamique», en cœur avec la droite et l’extrême droite. Enfin, Yannick Jadot a consacré sa campagne à attaquer la gauche, et a terminé par des incantations militaristes et atlantistes. Le comble pour un parti historiquement pacifiste.

Avec des mots d’ordres ni écologistes ni sociaux, que rien ou presque ne différencie du Macronisme, on se demande pour qui travaille cet individu. Quel est son objectif dans cette campagne ? Alors que le vivant s’effondre, que l’autoritarisme s’installe, que les luttes écologistes sont férocement réprimées, EELV aura été à l’image de la campagne présidentielle : 50 nuances de droite et d’extrême droite.




Source: Nantes-revoltee.com