Mardi 22 août, 18h30, avec la bibliothèque du taslu – mais dans Le grand chapiteau au camp intergalactique, discussion entre Starhawk et Isabelle Stengers : “Etre sensible : le rôle des rituels et des esprits dans l’activisme”.

« Ne jamais oublier que ce monde oblige à lutter, que rien n’y est “normal”, et ne jamais arrêter de penser ensemble, de cultiver l’insoumission, y compris à nos propres évidences, les unes avec les autres, par les autres et grâce aux autres, n’est-ce-pas d’ailleurs le sens même de cette aventure sans cesse à reprendre qu’est le féminisme ? ». Isabelle Stengers

« Les systèmes ne changent pas facilement. Les systèmes essaient de se maintenir, et de trouver un équilibre. Pour changer un système, il faut le secouer, en perturber l’équilibre. Cela passe souvent par le conflit. Pour moi, le conflit est un endroit profondément spirituel. C’est l’endroit à haute énergie où le pouvoir rencontre le pouvoir, où peuvent se produire le changement et la transformation ». Starhawk

Philosophe et historienne des sciences, Isabelle Stengers sera en discussion avec Starhawk, auteure et activiste écoféministe et néo païenne.

Starhawk a confondé le mouvement « Reclaiming », qui consiste à faire se rejoindre le spirituel et le politique, avec lequel elle continue d’agir. A ses yeux, la spiritualité et les rituels ne se trouvent pas en dehors du monde, mais sont profondément ancré-e-s en lui. Depuis les mouvements anti nucléaires américains des années 80 jusqu’aux mobilisations de Standing Rock dans le Dakota contre le projet d’oléoduc Keystone XL, en passant par les rassemblements altermondialistes des années 2000 (Seattle, Gênes), elle imagine des formes de résistance qui allient rituels et action directe. Elle poursuit cette recherche par la permaculture dans ses « Formations d’activistes pour la Terre ».

Isabelle Stengers a écrit sur la théorie du chaos, la sorcellerie capitaliste, la psychanalyse, l’hypnose ainsi que l’histoire et la philosophie des sciences. Elle a traduit Starhawk et introduit son travail en France. Elle veut que la science cesse de prétendre à l’objectivité rationnelle, à la vérité, et respecte les autres formes de savoir. Ses récents travaux proposent une « Cosmopolitique » où elle essaie de penser notre situation à partir du « triple ravage écologique » de Félix Guattari, et l’articulation entre « reclaim the commons » et « reclaim animism » dans la perspective décoloniale de Viveiros de Castro, entremêlant les mondes humains et non humains. Par cette approche, ce qui est plus qu’humain peut être un agent actif en politique, et non un simple objet. Cette discussion se déroulera en anglais, avec une traduction en français.

Source: http://zad.nadir.org/spip.php?article4697 -