Janvier 23, 2023
Par Dijoncter
199 visites

Le 18 janvier 2023, dans le cadre de leur dernier raid militarisé contre la forêt, la police d’Atlanta a abattu une personne. Ce n’est que la plus récente d’une série de violentes représailles policières contre le mouvement.

Nous appelons toutes les personnes de « bonne conscience » à être solidaires du mouvement pour stopper Cop City et défendre la forêt de Weelaunee, à Atlanta.

Le 18 janvier 2023, dans le cadre de leur dernier raid militarisé contre la forêt, la police d’Atlanta a abattu une personne [Manuel « Tortuguita » Teran.]. Ce n’est que la plus récente d’une série de violentes représailles policières contre le mouvement. Le récit officiel est que Cop City est nécessaire pour rendre Atlanta « safe », mais ce meurtre brutal révèle ce qu’ils veulent dire quand ils utilisent ce mot.

JPEG - 132.2 ko

Manuel « Tortuguita » Teran

Les forêts sont les poumons de la planète Terre. La destruction des forêts nous touche tous. Tout comme la gentrification et la violence policière que la déforestation de la forêt Weelaunee faciliterait. Ce qui se passe à Atlanta n’est pas un problème local.

Les politiciens qui soutiennent Cop City ont tenté de discréditer les défenseurs des forêts en tant qu’« agitateurs extérieurs ». Cette diffamation a une histoire honteuse dans le Sud, où les autorités l’ont utilisée contre les abolitionnistes, les syndicalistes et le Mouvement des droits civils, entre autres. Le but de ceux qui propagent ce récit est de décourager la solidarité et d’isoler les communautés les unes des autres tout en offrant un prétexte pour faire venir des forces étatiques et fédérales, qui sont les véritables « agitateurs extérieurs ». Les conséquences de cette stratégie sont bien visibles dans la tragédie du 18 janvier.

Le remplacement d’une forêt par un centre de formation de policiers ne fera que créer une société plus violemment contrôlée, dans laquelle les ressources des contribuables enrichissent les compagnies de police et d’armement plutôt que de répondre aux besoins sociaux. L’incarcération massive et la militarisation policière n’ont pas réussi à réduire la criminalité ou à améliorer les conditions de vie des communautés pauvres et exploitées.

À Atlanta et aux États-Unis, l’investissement dans les budgets de la police se fait au détriment de l’accès à la nourriture, à l’éducation, à la garde d’enfants et aux soins de santé, à des logements abordables et stables, à des parcs et à des espaces publics, aux transports en commun et à la libre circulation des personnes, à la stabilité économique pour tou·te·s. Concentrer les ressources entre les mains de la police sert à défendre l’accumulation extrême de richesses et de pouvoir par les entreprises et les très riches.

Que font les policiers avec leurs budgets accrus et la carte blanche qui leur est offerte par les politiciens ? Ils tuent des gens tous les jours. Ils incarcèrent et traumatisent des écoliers, des parents, des êtres qui luttent pour survivre. Nous ne devons pas nous contenter d’une société organisée imprudemment selon des valeurs de violence, de racisme, de cupidité et d’indifférence à la vie.

La lutte qui se déroule à Atlanta est une lutte pour le futur. Alors que les effets catastrophiques des changements climatiques frappent nos collectivités avec des ouragans, des vagues de canicule et des feux de forêts, les enjeux de ce combat sont plus clairs que jamais. Ils détermineront si ceux qui viendront après nous hériteront d’une Terre habitable ou d’un cauchemar d’État policier. C’est à nous de créer une société pacifique qui ne considère pas la vie humaine comme sacrifiable.

Les défenseur·e·s des forêts essaient de créer un monde meilleur pour nous tou·te·s. Nous devons soutenir les habitant·e·s d’Atlanta et les générations futures de partout.

Quelques moyens pour soutenir la lutte en défense de la forêt d’Atlanta :




Source: Dijoncter.info