Dimanche 5 janvier, 17 personnes ont été arrêtées au centre-ville de Salt Lake City lors de l’attaque d’un campement par la police locale. Les militant.e.s présent.e.s sur place dénonçaient la fermeture du refuge Road Home en novembre dernier, le traitement que subissent les personnes sans-abri par la police et le manque de ressources pour les aider. Les gens en situation d’itinérance croulent sous les billets d’infraction pour avoir « campé » dans des endroits publics. Le campement était organisé par la coalition Take Shelter, un regroupement de groupes militants. 
Les participant.e.s ont monté le campement le vendredi 3 janvier au Washington square, au centre-ville de Salt Lake City. Le but de l’action était de le maintenir  jusqu’à ce que la mairie locale mette en place les demandes des militant.e.s. Dans la liste de demandes, il y avait, entre autres, la mise à disposition de plus de lits dans les refuges pour personnes sans-abri, le transport en commun gratuit pour les gens en situation d’itinérance et l’arrêt du harcèlement et du profilage de la police envers ces derniers. Plusieurs centaines d’individus ont participé à cette action, dont des personnes sans-abri, qui s’est terminée par une violente éviction menée par la police anti-émeute puisque les militant.e.s ne respectaient pas la loi sur le couvre-feu dans les parcs et l’interdiction d’y camper… Une belle réponse.

Article publié le 15 Jan 2020 sur Ucl-saguenay.blogspot.com