Alors non, on n’est pas responsables de leurs scores flippants. C’est l’état qui (se) nourrit (de) la montĂ©e du fascisme. Que tout le monde aille voter massivement ne changera pas le fait que les idĂ©es fascistes sont dĂ©jĂ  lĂ , de plus en plus dĂ©complexĂ©es. Et les abstentionistes ne sauraient en ĂȘtre la cause.

De plus, voter, pour qui que ce soit, c’est laisser entendre qu’on est d’accord avec la maniĂšre dont ça s’organise. Est-ce que t’as eu l’impression que ça avait eu un impact la derniĂšre fois que t’as mis un bout de papier dans une urne ? On ferait mieux de chercher des chemins hors de la politique institutionnelle.

Pour nous, le combat contre l’état, le capital et ses extensions fascisantes, il se passe dans la rue, dans la vie quotidienne, pas via la mĂ©diation d’un bulletin de vote ni d’un parti politique.Le Pen, on n’en veut pas, Macron non plus, MĂ©lenchon pas plus.On veut pouvoir s’organiser, se rencontrer, dĂ©cider ensemble de tout, tout le temps !

Les urnes, c’est pour les morts !

Retrouvons-nous dimanche 24/04 Ă  20h Ă  jean jaurĂšs




Source: Iaata.info