Juin 23, 2022
Par Cerveaux Non Disponibles
254 visites

Ce texte est un point de vue qui n’est pas partagé par l’ensemble du collectif CND. Un autre texte sera diffusé dans la foulée pour offrir le contre-champs.

Nous sortons enfin de 6 mois de campagne présidentielle puis législative ayant totalement anesthésié la France, qui était déjà tétanisée par deux ans de covid. Comment ressort-on de cette période ? Avec Macron à nouveau président pendant 5 ans, et son parti fantoche qui conserve une majorité à l’assemblée (quoique fragilisée par rapport au précédent mandat).

Voir Macron et son monde à nouveau aux commandes du pays revêt un goût amer quand on constate son impopularité et qu’on se souvient de son terrible bilan d’un premier quinquennat de destruction et d’ultra libéralisme.

Défaite également au vu de la montée du RN, tant aux présidentielles qu’aux législatives. Le parti de Marine Le Pen n’a jamais été aussi haut. C’est d’autant plus flippant quand on y additionne les voix de tous ceux qui ont ouvertement, depuis des mois, tenu des propos racistes et xénophobes, de la République en marche au RN en passant par les Républicains. Si l’on s’en tient strictement au résultat de ces deux élections (hors abstention), la France penche terriblement à droite, et même plutôt à l’extrême droite.

Et puis il y a la NUPES.

Certains s’enthousiasment de la dynamique créée lors de la présidentielle puis des législatives. Et de son nombre « historique » de députés. Évidemment, face aux partis cités précédemment, on ne peut que se dire qu’il vaut mieux des députés NUPES que des députés en Marche, LR ou RN. Mais est-ce suffisant pour appeler cela une victoire, quand bien même l’assemblage de circonstance aurait décroché la majorité ?

Lors des présidentielles, l’Union Populaire a bénéficié d’un phénomène important de vote utile. Mélenchon étant en tête des candidats capables d’empêcher Marine Le Pen d’être au second tour, de nombreux électeurs ont voté pour lui dans l’objectif d’éviter à nouveau un second tour Le Pen / Macron. Malgré ce phénomène, le score de Mélenchon n’est pas énorme et ce premier tour fait partie des plus bas scores de la gauche à un premier tour de présidentielle.

Lors des législatives, Mélenchon a surfé sur une autre vague : celle d’une union la plus large possible à gauche, au point d’aller chercher des partis qui n’ont plus de gauche que leur nom ou leur lointain passé. Des groupes qui font objectivement partie du problème et du monde à détruire, du PS en passant par le PCF ou les écologistes façon Jadot. Malgré cette union très large et contre nature, la gauche (NUPES et divers gauche) ne compte que 142 députés (sur 577). En dehors des dernières législatives de 2017, où le parti de Macron a fait l’illusion au sein de l’électorat de gauche, c’est l’un des plus bas scores pour la gauche l’histoire de la 5e république.

Au delà des résultats, la victoire de Mélenchon (et sans doute notre défaite) aura été de détourner une partie non-négligeable de la contestation sociale et des dynamiques révolutionnaires vers une organisation électoraliste. La France insoumise aura donné à bon nombre de nos camarades l’illusion que nos luttes avaient une chance d’aboutir au sein du système. Or il n’en est rien. Mélenchon, le soi-disant ennemi de la République (au yeux caricaturaux des médias et autres partis adversaires de la NUPES), est sans doute l’une des figures politiques les plus attachées au modèle du jacobinisme français que nous réprouvons. Il est un fervent défenseur du modèle républicain et ne révolutionnera en rien l’organisation sociale et politique de ce pays. Sans compter que cette NUPES remet sur le devant de la scène et redonne de la légitimité à des partis qu’on pensait enfin tombés dans les oubliettes de l’histoire politique française.

Cette alliance donne en effet quelques années supplémentaires au PS et aux autres partis de la sociale démocratie, lesquels ont tant trahi les attentes de la gauche au point d’en devenir des adversaires. Disons le clairement : nous aurions préféré une NUPES à 5 ou 10% de moins au second tour des législatives mais sans le PS ou le PCF.

Mais au delà de ces questions de stratégies partisanes et électoralistes, ce qui nous interroge le plus, c’est la capacité qu’a eu le système, au moment où il était le plus décrié et remis en cause (GJ, crise écologique et sociale, révolte anti raciste), de réussir à présenter comme une alternative radicale une option faisant partie du système et ne le remettant nullement en cause.

Nous comprenons les raisons individuelles qui ont pu pousser de nombreux militants, engagés depuis des années dans toutes les luttes sociales et écologiques, à se ranger, au moins le temps des élections, du côté de cette alliance « de gauche ». Clairement la « moins pire » des options.

Car toutes ces personnes, qui ont vécu la répression ultra violente du pouvoir, et les échecs de leurs luttes malgré des mobilisations massives et/ou malgré leur radicalité, estiment que l’issue ne sera pas seulement dans la rue, mais aussi dans les urnes. Quand bien même elles ne se feraient pas d’illusion au sujet de l’atteinte de leurs objectifs, l’idée était pour elles de « respirer », de « gagner du temps » face à la répression et l’autoritarisme de la Macronie. De plus, la séquence actuelle fait suite à deux années de crise sanitaire, ayant réduit à peau de chagrin tous les élans contestataires, ainsi que les possibilités d’amplifier des luttes sur des revendications pourtant urgentes ( services publics, santé, social, coût de la vie etc…)

Soyons clairs, et redisons le avec force, l’objectif des luttes radicales est bien de renverser un système qui détruit les plus pauvres et les plus faibles, tout autant qu’il détruit la planète. Et qu’importe si cela passe par des voitures de luxe brûlées, par des sièges de multinationales occupés ou par l’élection d’un candidat « radical ». Notre horizon n’est pas dans l’acte, si jouissif (ou poussif) soit-il, mais dans son résultat.

Et à cette lecture, force est de constater que la lutte dans la rue ressemble de plus en plus à une impasse, que ce soit dans des manifestations déclarées, aussi massives soit-elles, que dans des rassemblements plus émeutiers, rapidement réprimés (physiquement et juridiquement) tout autant que stigmatisés.

Mais faire ce constat ne signifie pas que la solution se trouve du côté des partis du système, y compris ceux d’opposition à gauche. Les exemples sont malheureusement trop nombreux pour espérer une vraie remise en question du système de la part d’un partis de gauche qui accéderait au pouvoir. Que ce soit en France avec toutes les compromissions socialistes et communistes ou à l’étranger avec les exemples espagnols ou grecs, nous ne pouvons que constater que le système (qui dépasse largement le cadre national) est totalement en mesure d’absorber la présence de ces partis contestataires, et que leur présence au sein d’instances de gouvernement permet même de canaliser la colère des plus précaires.

Maintenant que les dés électoraux sont jetés, il convient de s’interroger sur les horizons possibles pour nos luttes dans les années à venir. Car l’échec est aussi celui de l’autonomie des luttes. Malgré un énorme engouement et de fortes dynamiques, notamment chez les plus jeunes, il n’a jamais été possible de construire des alternatives fortes et massives à ce système. Il conviendra donc de tenter autre chose dans les mois à venir, de ne pas répéter les mêmes erreurs, même si, avouons-le, ce système ne laisse que très peu d’espace possible pour faire avancer et amplifier nos luttes.




Source: Cerveauxnondisponibles.net